Comment procéder à la taille du mûrier platane ?

De par son charme inégalé, le mûrier platane est un arbre par excellence dans tout jardin digne de ce nom. Rustique et vigoureux, il se plante presque partout. Son feuillage d’un vert soutenu offre une touche décorative à part  durant la saison estivale. En plus d’offrir plus de couleurs à votre extérieur, celui-ci vous donne de l’ombre lorsque le soleil tape fort.

Bien que non indispensable, pensez tout de même à tailler votre bel arbre fruitier. La rédaction vous prodigue quelques conseils à retenir pour ce procédé. Aussi, dans cette rubrique, nous allons énumérer quelques parasites et maladies que votre mûrier platane devrait éventuellement faire face. Vous pouvez profiter de cette taille pour les vérifier.

Tailler son mûrier platane pour bien de raisons

Légion dans le Sud de la France, le mûrier platane, d’un nom scientifique Morus Kagayamae, tire ses origines de l’Extrême-Orient. Il s’agit d’un arbre de moyen développement, faisant partie de la famille des Moracées.

On l’appelle mûrier platane en raison de ses feuilles assez identiques à celles du platane, sauf qu’ici, elles sont divisées en trois lobes avec une longueur pouvant facilement atteindre les 25 cm. Le coloris vert émeraude du mûrier est nettement plus intense. Il prend une belle teinte dorée avant de tomber en automne.

Les fleurs, d’un blanc verdâtre, se font toutes discrètes sur l’arbre. Notons que ce dernier peut mesurer jusqu’à 15 m de haut.

Les mûres, les fruits de cet arbuste, sont de véritables délices gourmands qui exaltent bien des papilles, et ce, rien qu’à la première bouchée. Ces petites drupes charnues sortent au début de l’été. Leurs teintes rouges virent au noir lorsqu’elles arrivent à maturité à la fin de la saison estivale. Elles apparaissent souvent en grande quantité, mais nombre d’entre elles n’atteindront pas le stade de maturité, puisqu’elles tombent alors qu’elles sont encore vertes.

Pour que votre mûrier platane puisse profiter d’un bel aspect, une petite taille est de mise. Notons que ce procédé n’est pas vraiment un indispensable. Si vous voulez que votre arbre conserve un attrait naturel, vous pouvez très bien vous en passer.

Par ailleurs, on taille celui-ci pour bien des raisons. En effet, on le taille afin de créer une zone ombragée à un endroit bien spécifique ou juste pour éviter qu’il ne soit pas trop envahissant et ne perde pas trop de feuilles durant la saison automnale.

Quand tailler son mûrier platane ?

Cet arbuste peut conserver ses feuilles jusqu’à la fin du mois de décembre. Si vous préférez le tailler avant qu’il ne perde ses feuilles, on vous conseille donc de vous y prendre en octobre ou en novembre.

Si, au contraire, vous voulez qu’il garde son allure, et ce, jusqu’à la chute de ses feuilles, une coupe pendant toute la période de janvier à mars est chaudement recommandée. Lors de cette taille, vous pouvez rechercher un effet en forme de parasol. Pour lui donner cette apparence, il est possible de conserver les branches charpentières horizontales et de tailler les rameaux secondaires à 30 cm de longueur, en prenant bien sûr, soin de mastiquer les plaies.

D’emblée, nous tenons à souligner que le mûrier de platane à une croissance rapide. Bien que vous réalisiez une taille importante, les feuilles peuvent vite reprendre le dessus.

Note : on vous recommande de garder les rameaux lors de cette coupe pour faire monter la sève. Cela a pour but de favoriser la pousse des nouveaux rameaux. Toutefois, on vous conseille de supprimer toutes les branches mortes.

Processus de taille

Pour la coupe des petites branches et des rameaux, il serait préférable d’utiliser un sécateur. Par contre, pour les branches plus épaisses, une scie ou un sécateur de force trouve alors toute son utilité. Lors de cette taille, assurez-vous d’utiliser des outils qui soient parfaitement bien affûtés et surtout propres.

Dans tout ce processus, il convient d’éliminer toutes les branches mortes et celles qui sont dressées vers le ciel. Celles qui sont horizontales et poussant vers l’extérieur sont à conserver. Ce sont elles qui vous permettront d’avoir de l’ombre dans votre beau jardin.

Les rameaux de l’année doivent être raccourcis en gardant jusqu’à cinq bourgeons tournés vers l’extérieur. La coupe se fera en biseau au-dessus d’un œil. Si vous laissez votre arbuste en forme libre, il devra également être élagué, car les branches s’allongent et se courbent vers le sol. Pensez donc à couper leur extrémité. Cela les allègera grandement.

Tout au long de cette taille, vous aurez sûrement besoin d’un escabeau ou d’une échelle pour accéder aux branches plus hautes. Utiliser aussi une bâche pour accueillir les morceaux coupés.

Passer par les services d’un professionnel pour élaguer son mûrier platane

Comme nous venons de le remarquer plus haut, il est possible que vous ayez besoin d’élaguer votre mûrier platane. Et dans ce cas, il serait préférable de passer par une entreprise spécialisée dans le travail d’élagage. Le fait de passer par un spécialiste vous épargnera de tout risque de mauvaise coupe.

Aussi, cela vous dispensera d’une taille inesthétique ou d’une coupe trop extrême des nouvelles tiges qui peinent à pousser. Bien sûr, ce professionnel dispose de tous les équipements et matériels nécessaires pour cette coupe et donc vous évitera d’user des outils contaminés. En gros, vous bénéficierez d’un travail bien fait, rapide et surtout sûr.

N’oublions pas non plus qu’un connaisseur dans le domaine vous fera profiter de bons conseils. Toutefois, avant de vous ruer vers un quelconque élagueur, il convient de faire une comparaison des différentes entreprises œuvrant dans votre région. Cela vous permettra de trouver une bonne affaire. Vous pouvez demander des devis en ligne et faire votre comparaison après.

Variétés possibles du mûrier platane

Exquises et très juteuses, les mûres sont malheureusement très salissantes. Ce qui peut poser problème lorsqu’elles tombent de l’arbre et s’écrasent sur la terrasse ou dans votre jardin. Si cela vous dérange quelque peu, tournez-vous vers une variété de mûrier platane stérile « Sterile et Fruitless » ou Morus Platanifolia.

Cette espèce possède les mêmes vertus ornementales que les cultivars fertiles. Autant le port que les feuilles de ce mûrier sont identiques à ceux des variétés non stériles, sauf que ses fleurs tombent avant qu’elles puissent se transformer en fruits. Cette solution est recommandée si vous voulez seulement profiter de l’ombre d’un mûrier platane et de son côté esthétique.

Les parasites et maladies du mûrier platane

Le mûrier platane est une plante relativement rustique et vigoureuse. Il n’a quasiment pas besoin d’un entretien spécifique, si ce n’est une taille de temps à autre. Le reste, vous pouvez laisser à la nature de s’en charger. Toutefois, on vous conseille de faire très attention à certains parasites qui peuvent prendre possession de votre arbuste. En premières loges des nuisibles qui peuvent mettre votre arbre à mal, ce sont les cochenilles farineuses.

  • Les cochenilles farineuses

Il s’agit de petits insectes qui s’attaquent souvent aux plantes d’intérieur, mais qui peuvent aussi s’en prendre aux végétaux dans le jardin, notamment à la fin du printemps, en automne et aussi en été. Ses dégâts sont variables, tout comme la forme qu’elles peuvent prendre pour se dissimuler.

Généralement, de forme ovale, la cochenille farineuse se recouvre souvent d’un amas de blanc ou rosé, ce qui lui donne un aspect cotonneux. Ce parasite est à prendre au sérieux, car une attaque peut condamner de manière définitive votre arbuste. Notons que la cochenille se nourrit de la sève d’une plante qui finit au fil du temps par s’affaiblir.

Cela altère bien entendu le développement et la bonne croissance des végétaux qu’elle attaque, dont le mûrier platane. Elle peut provoquer l’apparition d’un champignon noir connu sous le nom de fumagine.

La cochenille farineuse se plait particulièrement bien en milieux confinés. Raison pour laquelle est très fréquente sur les plantes d’intérieur. Elle affectionne aussi les températures élevées.

Au début de la saison automnale et à la fin du printemps, lorsque le thermomètre affiche une température élevée et que l’air extérieur est plus humide, ce nuisible s’attaque aux plantations de votre jardin.

La meilleure solution pour stopper l’invasion des cochenilles serait de diluer dans un litre d’eau, une cuillère à café de savon noir, une cuillère à café d’huile végétale et une cuillère à café d’alcool à 90°C. Pulvérisez la solution obtenue sur votre mûrier platane une fois par jour. Réitérez l’opération pendant trois ou quatre jours.

En magasin spécialisé, vous pouvez aussi trouver des produits anti-cochenilles à base d’huile blanche. Ils sont réputés pour être très efficaces. Aussi, vous pouvez limiter la progression de la cochenille farineuse avec un jet d’eau puissant. Notons que toutes ces mesures sont à prendre dans l’immédiat. Ainsi, votre mûrier platane aura plus de chance de s’en sortir sans grand dégât.

  • Les pucerons

Les pucerons sont aussi des nuisibles très connus de cet arbre. Pouvant apparaitre à tout moment de l’année dans votre jardin, ces envahisseurs peuvent s’attaquent à toutes les parties d’une plante, des tiges aux racines. Si on ne les traite pas à temps, ils peuvent envahir de façon spectaculaire l’ensemble de votre jardin. Les pucerons sont des insectes parasites à sang-froid faisant partie de la famille des Aphidoidea, comptant environ 4 000 espèces. Rien qu’en Europe, on en trouve plus de 800 dans nos jardins. Ils peuvent être de teinte verte, rouge, jaune, noire ou encore brune.

Du printemps à l’automne, ces petits parasites s’emparent des végétaux en suçant la sève, provoquant ainsi des plaies. Les feuilles auront alors tendance à s’enrouler sur elles-mêmes et la croissance de la plante va se ralentir.

Tout comme les cochenilles farineuses, les pucerons sont également des vecteurs de virus ou de champignons comme la fumagine. Le miellat qu’ils sécrètent attire les fourmis. Notons que le froid et le repos végétatif ne permettent pas aux pucerons de se développer. Le dégât le plus évident des pucerons est d’ordre esthétique, sans oublier que la plante touchée est plus vulnérable aux attaques des autres virus et maladies.

Vu leur toute petite taille, généralement de un à quatre millimètres, il n’est pas toujours facile de repérer à l’œil nu la présence de ces envahisseurs. Toutefois, l’apparition des fourmis sur votre arbre devrait vous mettre la puce à l’oreille. N’hésitez pas à regarder vos plantes de plus près, notamment à l’intérieur des feuilles enroulées. Si les pucerons sont là, elles auront tendance à jaunir. Elles vont se dessécher, se déformer et présenteront des boursouflures et des craquelures au niveau de l’écorce de la plante.

Diverses astuces vous permettent de prévenir l’apparition de ces nuisibles. Dès la fin de l’hiver, on vous recommande d’enduire les troncs de vos arbustes et arbres fruitiers avec des bandes de glu ou de la glu en pot. Favorisez dans votre jardin la présence des prédateurs naturels des pucerons. On pense ainsi aux guêpes et aux coccinelles. Il est aussi chaudement conseillé de planter des plantes aromatiques connues pour chasser ses nuisibles. Et en ce sens, la menthe est toute désignée.

Les bienfaits de cette plante aromatique ne s’arrêtent pas en cuisine. Elle est aussi appréciée pour sa capacité à repousser les pucerons ainsi que les fourmis. Elle se décline en plusieurs variétés, dont la menthe douce, poivrée ou encore aquatique. L’avoir dans votre jardin vous enlèvera un grand poids. On vous conseille aussi d’introduire dans votre jardin le thym. Ce dernier est une plante très utilisée en cuisine et aussi phytothérapie.

Ce végétal a le mérite de combattre efficacement les pucerons. Il s’agit ici d’une espèce mellifère, qui attire particulièrement les insectes pollinisateurs. Il est résistant et se plante dans toutes les régions. Vous pouvez le placer aux côtés de vos tomates et rosiers. L’Angélique et l’Anis sont également utilisés comme plantes répulsives contre les pucerons.

Outre les plantes aromatiques, certaines plantes à fleurs vous permettent aussi de mettre fin à l’invasion des pucerons.

  • Le souci

Le souci est l’un de ces grands anti-pucerons et mérite amplement sa place dans votre jardin. D’un nom latin Calendula officinalis, cette plante fait également partie de la famille des Astéracées, comme l’œillet d’Inde, qui est aussi un répulsif naturel des pucerons. Ce végétal est connu pour dégager une odeur fort désagréable pour ces nuisibles. On le plante généralement au printemps, et ce, sur n’importe quel terrain. Notons, toutefois, qu’il a une préférence particulière pour le climat méditerranéen.

Vous pouvez le cultiver aussi bien en massif qu’en bordure. Son petit plus est sa grande facilité d’entretien. Sur le marché, vous trouverez différentes variétés de soucis avec des fleurs de couleur jaune ou orange. Sa taille tourne généralement autour d’un mètre. Pour repousser les parasites, il trouvera sa place dans votre potager, en s’associant notamment à l’œillet d’Inde. Un purin peut être également réalisé à partir de ses feuilles. En plus d’être un répulsif contre les pucerons, le souci est comestible et propose des atouts médicinaux.

  • La lavande

Impossible de citer les plantes anti-pucerons et ne pas citer la lavande. Cet arbuste à fleurs se décline sous différentes espèces, dont l’aspic et le lavandin. Faisant partie de la famille des Lamiacées, la lavande tire ses origines de la Méditerranée. Selon les variétés, la plante fleurit au printemps et aussi en été.

Se plaisant dans un emplacement ensoleillé, elle ne supporte point l’humidité. De ce fait, le sol doit donc être bien drainé si vous vous attendez à une belle floraison. Si votre terrain est trop argileux, pensez à y ajouter un peu de sable. Notons que la lavande résiste étonnamment bien aux températures négatives. Pour ce qui est de l’entretien, c’est ce qu’il y a de plus facile. Une bonne taille, un arrosage régulier et le tour est joué.

Grâce à son effet répulsif sur les pucerons, vous pouvez planter la lavande à côté de votre mûrier platane ou encore de vos rosiers. Elle peut aussi être utilisée en huile essentielle. Et l’un de ces notables atouts, c’est son pouvoir relaxant. Elle est également employée comme plante aromatique en cuisine.

  • Le gattilier

Connu également sous le nom d’arbre à poivre, le gattilier justifie amplement sa place dans votre potager et verger, puisqu’il s’agit d’un excellent anti-puceron. Il agit efficacement aussi contre les moustiques. Ainsi, lors de vos soirées en extérieur, sous votre mûrier platane, ce végétal vous permettra de passer du bon temps, et ce, loin des piqûres de ses insectes.

En automne, vos trouverez des graines ressemblant à du poivre, d’où son nom d’arbre à poivre. Sa taille peut aller dans les cinq mètres. Notons que le gattilier se cultive au printemps. Privilégiez un emplacement ensoleillé. Sachez que cette plante ne craint point la sécheresse et encore moins le gel. Son entretien est donc très facile. Elle demande juste une taille en mars et des arrosages lors de fortes chaleurs. Différentes configurations sont possibles, quant à son emplacement. Vous pouvez l’installer seul, en haie ou encore en massif.

Pour repousser les insectes et protéger vos cultures, le gattilier peut être planté en haie. Cette dernière devrait idéalement se trouver à côté de votre potager, de votre verger, ou du jardin à protéger.

Note : utiliser les plantes aromatiques et à fleurs anti-pucerons est une méthode naturelle et écologique pour ne pas vous laisser envahir par ces insectes dévastateurs. Dame nature vous offre plusieurs variétés de végétaux permettant cela. Vous pouvez les cultiver directement près de votre potager ou préparer un purin ou une solution pour traiter vos plantations.

Maladies du mûrier platane

En sol sain et filtrant, les maladies sont rares. Évitez de sectionner des grosses branches lors de la taille, cela provoque parfois des maladies cryptogamiques, dont la gommose. Cette dernière est une maladie très courante chez bien d’arbres fruitiers. Elle se manifeste par l’apparition d’un ou plusieurs écoulements de gomme (résineuse) sur leur tronc ou leurs grosses branches, en réaction à diverses agressions.

La sécrétion de gomme par les arbustes peut être causée par de multiples facteurs, mais elle est toujours due à une agression de l’écorce plus ou moins fréquente et intense. Lors de la taille de votre mûrier platane, veillez donc à ne pas trop agresser votre plantation. On vous conseille aussi d’utiliser des outils désinfectés lors de cette coupe.

C’est la rupture de l’écorce et éventuellement son soulèvement qui provoque l’écoulement de résine et non l’inverse. Des attaques de champignons microscopiques (ou bactériennes) souvent consécutives à une plaie mal cicatrisée peuvent aussi être à l’origine de cet écoulement.

  • Prévenir l’apparition de la gommose

Pour limiter l’apparition de la gommose, on vous conseille d’éviter autant que possible de blesser l’écorce de votre arbre. Si cela arrive accidentellement, retaillez proprement la branche avant la cassure. Après la taille de votre arbuste, il convient de recouvrir soigneusement les plaies apparues avec un mastic cicatrisant.

Il existe dans le commerce des baumes cicatrisants tout prêts. Mais vous pouvez en confectionner un vous-même à partir d’argile pulvérisée et de poudre pour bouillie bordelaise avec un peu d’eau pour rendre le mélange on ne peut plus pâteux. Appliquez ce mélange soit au pinceau soit à la spatule selon sa consistance et l’importance de la surface que vous souhaitez protéger.

Conclusion Véritable plante décorative, le mûrier platane enjolivera sans fausse note votre jardin avec son feuillage et ses fruits particulièrement succulents. Donnant de l’ombre durant les rudes chaleurs estivales, cette plante permet de profiter de la fraîcheur de l’extérieur, lorsqu’il fait chaud à la maison. Pour un bel aspect de votre arbuste, il convient de le tailler, lorsque cela se montre indispensable.

Lors de cette coupe, il est conseillé d’utiliser des matériels adaptés et qui soient propres et désinfectés. Il faut garder à l’esprit que des outils sales peuvent provoquer une gommose et mettre votre plante dans un mauvais état. Pour une taille réussie à juste titre, l’aide d’un professionnel spécialisé ne serait point de refus. Aussi, pour éloigner les nuisibles tels les pucerons et les cochenilles de votre arbuste, plantez-y diverses plantes aromatiques ou à fleurs pour les contrer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
close-alt close collapse comment ellipsis expand gallery heart lock menu next pinned previous reply search share star