ça vous dit un beau jardin créole ?

S’il a été quelque peu mis de côté ces derniers temps, le jardin créole revient sur le devant de la scène et vient enjoliver bien de propriétés. Connu aussi sous l’appellation de jardin de case, celui-ci est une sorte d’agro écosystème qui a particulièrement la côte aux Antilles, en Guyane et à La Réunion.

Ce genre d’espace vert est souvent dédié à la production des fruits et légumes pour les besoins alimentaires de la famille, notamment dans ces coins du monde. Il se caractérise par la combinaison d’une grande variété d’espèces de plantes.

Il s’agit d’un véritable condensé de biodiversité. Si ce style de jardin vous tente aussi, prenez donc d’abord le temps de bien le connaître pour le réussir sans fausse note. Ci-suit un petit guide qui vous sera très utile.

Un jardin créole pour toute une association de belles plantes

Manger ses propres cultures peut-être très gratifiant pour celui qui les plante. Chose que permet, bien entendu, un jardin créole. Ce dernier ne dépasse jamais les 200 m². Toutefois, avec cet espace, il vous est possible de planter un maximum de plantes, et ce, sur un minimum d’espace.

L’association de plusieurs végétaux sur un même terrain est connue pour apporter un meilleur rendement par rapport à ceux que l’on cultive autrement. Le jardin de case est un véritable reflet de la culture créole, qui est un mélange d’influences africaines, amérindiennes et aussi européennes.

Jardin d’autosubsistance par excellence, on trouve ici moult de plantes vivrières, médicinales et ornementales, et le tout, dans un savant agencement de l’espace. La récolte se fait le plus souvent tout au long de l’année pour les besoins de toute la famille. Un véritable modèle en termes d’agroécologie.

Visuellement, on a l’impression de se retrouver en pleine jungle, mais les plantes ont l’avantage d’être bien ordonnées. Leurs emplacements sont le fruit d’une mûre réflexion. On cultive les grands arbres fruitiers de manière à couper le vent, sans qu’ils ne fassent trop d’ombre aux autres plantations. On usera de tous les étages de végétations, autant de fois que ce sera possible. A chaque manœuvre, l’idée reste la même : intégrer le plus de plantes.

L’avant et l’arrière de la maison avec ce jardin

Le jardin créole s’organise, généralement, autour de la maison avec à l’avant, le jardin de représentation. Cette partie est essentiellement fleurie ou plantée de végétaux bas. Elle symbolise, en quelque sorte, la protection de la maison. A l’arrière, par contre, se retrouve le jardin vivrier.

Aucun végétal n’est ici placé par hasard. Ce qui fait, d’ailleurs, toute l’authenticité du jardin créole. Les plantes sont installées en fonction de la fréquence d’utilisation, de l’ensoleillement nécessaire et de la compatibilité culturale des espèces. Les variétés et les références culturelles du cultivateur comptent aussi dans l’agencement de la partie arrière du jardin. En gros, rien n’est laissé au hasard.

D’emblée, nous tenons à souligner que ce genre de réalisation n’est possible que dans les environnements tropicaux. Vous pouvez, toutefois, obtenir des résultats corrects en région méditerranéenne, avec un bon arrosage et des plantes adaptées.

Pour un florissant jardin de case, il serait préférable de bien préparer le terrain pour le rendre plus meuble et plus riche. Avant de procéder à la culture, on vous recommande d’abord de choisir des végétaux adaptés aux caractéristiques de la région où vous vous trouvez.

La sélection la plus courante étant le trio : banane, mangue et ananas. Vous pouvez ensuite les compléter avec des goyaviers, des avocatiers et des cocotiers. Ces arbustes viennent protéger les autres plantes du soleil excessif et du ravinement. Libre à vous d’y intégrer des plantes racines, dont des ignames, des maniocs et des patates douces.

Si cela vous tente aussi, vous pouvez également y ajouter plantes aromatiques et médicinales. Et dans ce contexte, vous avez l’embarras du choix.

L’aloe vera

Vous pouvez, par exemple, planter dans votre jardin créole de l’aloe vera. Vous ne regrettez point de l’intégrer dans votre jardin. En plus de venir diversifier vos plantations, il vous permettra de rester, à tout moment, en meilleure forme. Pour rappel, l’aloe vera est une plante grasse de la famille des aloacées, dont l’utilisation remonte à plusieurs millénaires pour ses multiples vertus cosmétiques et médicinales. Le végétal a longtemps été cultivé au Cap-Vert, en Afrique du Nord, aux îles Canaries et aussi en région méditerranéenne.

  • Bienfaits

En plus de son atout beauté, l’aloe est aussi très bon pour l’organisme lorsqu’il est consommé sous forme de boisson. Ses larges feuilles abritent la généreuse gelée d’aloe, renfermant plusieurs propriétés bienfaisantes pour l’ensemble du corps. Elle ne recèle pas moins de 200 composants, dont des vitamines, des minéraux et divers nutriments.

On y trouve ainsi de la vitamine A, B1, B2, B3, B6, B12, C et E. Les acides aminés viennent également élargir ses atouts. Ceux-ci favorisent la régénération des tissus cutanés pour une peau toujours fraîche. La plante possède des vertus anti-oxydantes et antivieillissement de la peau. Elle améliore la fermeté et l’élasticité de celle-ci.

Elle vous permettra de conserver une peau toujours jeune. Ses enzymes, quant à eux, sont de précieux alliés dans la cicatrisation. En outre, saviez que la gelée fraîche dispose d’un fort pouvoir hydratant et d’une grande capacité à retenir l’eau dans les cellules de l’épiderme.

Ce végétal doit ces atouts à son importante richesse en vitamines et minéraux. Les propriétés émollientes de ses sucres (mono et polysaccharides) lui permettent d’adoucir la peau et des tissus. Régénérant, hydratant et cicatrisant, l’aloe est un indispensable dans tout soin beauté et bien-être.

Pas que pour la peau, ce végétal est aussi connu pour ses bienfaits pour nos cheveux. En effet, appliquer du gel d’aloe sur ses cheveux permet de les hydrater en profondeur et évitera des pointes abîmées. Ils seront ainsi plus forts et aussi plus brillants.

Utilisé en usage quotidien, ce végétal se présente comme un traitement naturel efficace contre le psoriasis. Si vous avez les cheveux gras, là encore, l’aloe va vous être d’une grande utilité. Sa forte concentration en vitamines A, B6 et B9 permet de réguler les excès de sébum. On vous conseille de l’appliquer en masque pendant cinq minutes sur votre cuir chevelu.

  • Plantation et entretien

Pour sa culture, cette plante demande un sol plutôt pauvre, voire un terreau additionné de sable. Toutefois, elle demande une exposition en plein soleil. En zone froide, il lui faut au moins 10°C. Côté entretien, l’aloe n’est pas très exigeant. Il ne demande que le strict minimum. On vous recommande de ne pas trop arroser votre végétal. Chose d’autant plus à faire lorsque la saison hivernale pointe le bout de son nez. Côté taillage, celui-ci n’est pas un essentiel. Si les feuilles pourrissent quelque peu, c’est sans doute parce que vous l’avez trop arrosé.

  • Maladies et parasites

Le principal fléau de l’aloe vera, c’est la cochenille. Elle s’attaque souvent aux feuilles. En guise de traitement, vous pouvez utiliser du savoir noir en vaporisation sur les feuilles infestées. Une autre alternative s’offre à vous également. Vous pouvez tamponner de la bière sur les cochenilles pour les éliminer.

Le basilic

  • Vertus

Pour plus de verts dans votre jardin, intégrez-y le basilic. Tout comme l’aloe vera, cette plante présente aussi plusieurs bienfaits pour le corps. En plus de ralentir le vieillissement de la peau, elle permet d’éviter bien de maladies cardiovasculaires, grâce à ses vertus antioxydantes. Aussi, le basilic facilite grandement la digestion.

  • Culture

Pour combler cette annuelle, il convient de l’installer dans un sol qui soit bien drainé, humifère et riche. Il vous faudra donc le planter sur un terrain ou dans un pot garni d’un terreau riche en matières organiques. Gardez à l’esprit que cette plante déteste les courants d’air et les gelées tardives. Le basilic a besoin de soleil.

Il pousse très facilement dans les climats chauds. Raison pour laquelle, on le retrouve quasiment dans tous les jardins créoles des pays tropicaux. La plante ne supporte pas les températures en dessous de 10°C. A moins de 0°C, elle périra à coup sûr. Toutefois, en climat tempéré, elle peut très bien pousser en pleine terre, à condition qu’elle bénéficie d’au moins cinq heures d’ensoleillement par jour.

  • Semis et plantation du basilic

Si vous envisagez de créer votre jardin créole dans le Midi, on vous conseille de semer votre basilic en pleine terre en avril. Comme le semis est assez délicat, il serait donc préférable d’acheter des plants, à la place.

  • Entretien

Un bon arrosage est conseillé pour que votre basilic puisse bien fleurir. Suivez de très près son arrosage. On vous conseille de ne pas mouiller son feuillage. Si, en outre, la plante commence à donner des fleurs, on vous recommande de couper à ras les tiges florales sous peine de la voir s’étioler.

Saviez-vous que le basilic attire les abeilles. Il a, par contre, une grande capacité à repousser les mouches, les moustiques et les mites. Aussi, il chasse avec efficacité les pucerons. Ces derniers sont de véritables fléaux pour tout jardin, créole ou non. Ces redoutables insectes s’attaquent aux feuilles et en extraient la sève. Ces dernières finissent, ensuite, par s’enrouler et coller.

Les dégâts de ces nuisibles ont souvent lieu pendant la période végétative, il convient alors de traiter à cette période. Tout traitement chimique peut avoir un impact négatif à l’environnement. Faites donc un geste bénéfique pour notre belle planète, en utilisant des moyens anti-pucerons bio, comme le basilic.

La brisée

La brisée, un incontournable de tout jardin de case digne de ce nom. Il s’agit d’une cousine américaine de la verveine citronnelle. Elle s’apprécie fortement pour sa saveur citronnée. Une infusion avec ses feuilles est utilisée comme un tranquillisant nerveux. En usage externe, on l’emploie pour traiter différentes sortes de mycoses.

La plante est connue sous le nom de mélisse en Guyane. En Guadeloupe, par contre, on l’appelle trois tasses. Les feuilles ciselées du végétal viennent souvent agrémentées bien de nos salades. Avec ces herbes, ces dernières n’auront plus les mêmes goûts.

Les feuilles de la brisée peuvent aussi être infusées dans du lait. Elles ne manqueront pas non de relever les fragrances de vos glaces, de vos desserts et de vos crèmes brûlées. Nos grands-mères les utilisaient souvent en guise d’agréments dans des boissons et des salades de fruits. Bref, la brisée trouve sa place dans la cuisine, donc raison de plus pour la planter dans votre jardin créole.

Notez que cette plante révèle au mieux ses saveurs sous forme de thé. Essayez donc et vous comprendrez. Pour l’apprécier au mieux, laissez infuser pendant 10 minutes 2 poignées de feuilles dans 1/2 litre d’eau bouillante. Vous pourrez le boire en journée ou dans la soirée.

  • Ses propriétés médicinales

En plus d’accentuer le goût de nos diverses préparations en cuisine, la brisée est un puissant antibactérien, antifongique et aussi un bon antiviral. Elle combat efficacement la grippe. C’est aussi un excellent anticonvulsivant, sédatif, digestif, antalgique et antioxydant. L’avoir dans votre jardin de case vous permettra de toujours rester au meilleur de votre forme, car vous pouvez l’user régulièrement.

  • Culture et entretien de la brisée

La brisée se cultive souvent en pot ou encore en pleine terre, et ce, au soleil. Pour qu’elle ne soit pas trop envahissante, il vous faudra la tailler de manière régulière.

L’à-tout-maux

L’à-tout-maux ou atoumo, voilà un nom qui inspire confiance. Tout comme la brisée, il s’agit aussi d’un immanquable dans un jardin créole. C’est une plante vivace de la famille des Zingibéracées, originaire d’Asie orientale. Elle est aussi connue sous l’appellation de rhizome tubéreux tropical.

L’à-tous-maux antillais, appelé aussi larmes de la vierge et gingembre coquille à la Réunion, a des vertus médicinales très appréciées de ses habitués. En dépit de l’évolution de la science et de la médecine, ce végétal est encore très utilisé aux Antilles. Il y demeure le remède par excellence à bien des maux. Fièvre, mal de gorge, vomissements, état grippal, autant de situations où une bonne infusion de l’atoumo peut agir.

La plante est aussi recommandée contre la gueule de bois et les flatulences. Et pour cela, il vous faudra cueillez les fleurs et les feuilles et faites-les infuser avec du citron vert, de la brisée et un bourgeon de coquelicot rouge. L’infusion se consomme de préférence avec du miel et sans sucre. Buvez-la quand elle encore chaude et vous retrouverez votre bonne mine en un rien de temps.

Cette précieuse plante se caractérise par ses fleurs parfumées. Elles sont souvent disposées en épis blancs et rouges. Ses extrémités présentent un aspect nacré. Quant à ses fruits, elles s’apparentent à des petites citrouilles oranges, renfermant d’innombrables graines.

Dans un jardin, l’à-tout-maux peut facilement atteindre les 1m90. Si vous vous baladez dans les campagnes aux Antilles (Guadeloupe, Martinique) vous verrez l’omniprésence de l’Atoumo. Et leurs jardins n’y font pas exception.

  • Culture et entretien

Cette plante tropicale peut résister à des températures hivernales jusqu’à -10°C. Ce qui ravira certainement les personnes vivant dans des régions froides. Sa culture est très facile et ne requiert pas beaucoup d’entretien. La croissance reste cependant lente au départ, puis devient très rapide.

Le gingembre

Dans un jardin créole, on y trouve, généralement, du gingembre. Avec ses multiples atouts, on comprend pourquoi cette plante vient magnifier cet espace. Voilà un petit aperçu de ses bienfaits.

Depuis la nuit des temps, cette plante tropicale se consomme pour soulager d’innombrables maux courants, comme les nausées, les rhumatismes ainsi que les maux de tête. Les bienfaits de cette plante ne se résument pas seulement à cela. Le gingembre est une plante millénaire qui appartient à la famille des Zingibéracées.

Son nom scientifique est Zingiber officinale. Il est le plus souvent utilisé comme condiment dans nos diverses préparations. La partie de la plante que l’on consomme généralement est le rhizome. Les saveurs des mets se montrent plus exquises lorsqu’on ajoute cette épice. Notons que la partie qu’on consomme s’appelle le rhizome.

  • La composition du gingembre

Les bienfaits de ce végétal n’ont rien de magique. C’est, en fait, sa composition qui le rend aussi intéressant et qui est à l’origine de ses atouts, connus des quatre coins du globe. Le gingembre se constitue principalement, à 90 % d’eau. Le pourcentage restant est formé de glucides et de fibres.

La plante se vante aussi de son importante quantité de vitamines, C, puis E, A, B1, B2, B3, B5 et B6. Le gingembre est, par ailleurs, réputé pour être particulièrement riche en manganèse et aussi en potassium. Le rhizome contient des composés antioxydants puissants, qui lui confèrent quelques-uns de ses incroyables pouvoirs. Celui-ci présente une forte teneur en sels minéraux et oligo-éléments. On peut ainsi citer le calcium, le magnésium, l’iode, le phosphore, le sodium, le fer et aussi le zinc.

  • Le gingembre : un grand pouvoir aphrodisiaque

Le gingembre n’est pas seulement connu pour ses mérites en cuisine. Il est aussi réputé pour son côté aphrodisiaque. Il s’agit d’une plante énergisante et c’est en cela qu’elle stimule la sexualité. En effet, sa racine joue un rôle bénéfique tant sur la sexualité des hommes que des femmes. Elle augmente l’appétit sexuel et le désir, et permet même d’accroître le plaisir durant les relations sexuelles. Si vous rencontrez des problèmes de libido, vous trouverez ici une solution parfaitement naturelle vraiment efficace.

  • Une meilleure digestion avec le gingembre

En consommant le gingembre de manière régulière, vous en faites profitez tous les organes de votre appareil digestif, à l’instar de la bouche, de l’œsophage, de l’estomac, de l’intestin grêle et aussi du côlon. Notez aussi que le gingembre est également un excellent brûleur de graisse naturel. En plus de favoriser la digestion, il améliore la désintégration des graisses et stimule notre métabolisme. Pour un régime minceur, sa consommation est toute désignée.

  • Le gingembre, un précieux allié pour le cœur et les fonctions cardio-vasculaires

Votre médecin vous l’a sûrement déjà dit. Les aliments antioxydants, dont le gingembre, sont très bénéfiques pour le cœur. Ce condiment aide à prévenir les maladies cardiovasculaires en raison de son influence sur la circulation sanguine. Il fluidifie le sang et favorise ainsi son transport à travers le corps. De surcroît, le gingembre permet aussi de purifier le sang, et par la même occasion l’ensemble de l’organisme.

Bien que très bénéfique, il convient, néanmoins, de ne pas le surconsommer. Ses propriétés fluidifiantes sont très puissantes. Si vous suivez un traitement pour des problèmes de fluidification du sang, demandez au préalable conseil à votre médecin avant d’intégrer le gingembre à votre alimentation, ou dans votre cure.

L’association des plantes

Dans un jardin créole, chaque végétal a son importance et tient une place essentielle. Si certains protègent l’ensemble de la plantation des parasites et des nuisibles, d’autres, par contre, viennent faire de l’ombre aux autres plantes. Les végétaux antiparasites sont souvent ceux qui assurent la couverture du sol. Ils apportent des matières azotées pour fertiliser votre terrain.

Si vous plantez, par exemple, un bananier et du chou caraïbe, veillez à les placer de manière à ce qu’ils ne couvrent pas totalement les patates douces ou tout autre légume rampant au sol. Notez que ces végétaux donnent beaucoup d’ombre et peuvent empêcher d’autres plantes de profiter la lumière du soleil.

Ce qui est vital pour bien d’espèces. Si, par ailleurs, vous voulez planter du dachine, on vous conseille alors de le planter à côté de votre igname. L’association de ceux est un grand classique dans les jardins créoles. Pour la combinaison avec le manioc, par contre, il convient de prendre quelques précautions. Gardez à l’esprit que les racines de celui-ci sont toxiques et peuvent nuire à d’autres végétaux.

Le temps, un détail important dans un jardin créole Que vous choisissiez une association plutôt simple ou complexe, la mise en place et l’agencement de vos plantes vont aussi être déterminés par la longueur des jours, la lunaison et aussi les saisons. Si certains mois sont contre-indiqués, d’autres, par contre, sont conseillés.

Le décalage temporel des semis et de variétés diverses pour la même plante vous donne la possibilité de limiter l’impact d’intempéries ou encore des maladies qui peuvent prendre votre jardin d’assaut. Bien entendu, cela vous permettra aussi de bénéficier d’une récolte échelonnée sur une longue période de temps, et ce, tout au long de l’année. Ainsi, votre jardin ne connaître point de pénuries.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
close-alt close collapse comment ellipsis expand gallery heart lock menu next pinned previous reply search share star