Nos astuces pour enlever la mousse dans le gazon

Pour avoir une belle pelouse, il faut déployer beaucoup d’efforts. On doit préparer le sol, faire le semis du gazon, arroser et bien entretenir par la suite. Même si l’on fait attention à l’entretien, il se peut que la mousse s’installe et envahisse le gazon.

On rappelle que la mousse regroupe différentes espèces appartenant à l’embranchement des Bryophyta. On peut la cultiver pour des fins ornementales, mais lorsqu’elle envahit les cultures ou le gazon, que faire pour l‘éradiquer ?

Pourquoi cette mousse sur le gazon ?

Sur les pierres d’un muret, la mousse apporte comme une note esthétique par son vert manteau, mais le résultat n’est pas le même lorsqu’on la trouve sur le gazon ou dans certaines zones du jardin. Elle va fortement pousser sur un terrain humide, dans un lieu ombragé exposé à l’est ou au nord ou dans un lieu qui manque d’ensoleillement.

L’humidité est aussi une condition favorable au développement de la mousse. C’est pour cette raison qu’elle est plus présente entre la fin de l’automne et le début du printemps.

La mousse se plait aussi près d’une source, comme un bassin, une fontaine ou une cascade, car il peut y avoir des petites gouttes d’eau propulsées par les mouvements de l’eau. Elle prolifère également en sol acide, spécifiquement sous les conifères.

En effet, grâce à leur feuillage, ces derniers créent un paillage acidifiant. La mousse préfère les sols pauvres en potasse, en magnésium ou en calcium, autrement dit, les sols manquant de fertilisation. Attention, les tontes trop courtes favorisent le développement de la mousse.

Que faire pour se débarrasser de la mousse ?

Certains de nos gestes pour prendre soin de notre pelouse peuvent parfois favoriser l’apparition de la mousse. S’il n’y a pas encore trop de mousse sur votre pelouse, vous pouvez l’enlever à la main. Il est recommandé de faire le travail le matin pour favoriser son dessèchement.

Vous allez ainsi éviter une nouvelle apparition de mauvaises herbes. Toutefois, ce travail manuel sera titanesque si la mousse a déjà envahi votre pelouse. Dans ce cas, voici quelques conseils pour s’en débarrasser ou éviter son apparition.

  • Ne pas faire une tonte trop courte et trop régulière

On ne peut pas nier qu’en tondant la pelouse, vous allez vous débarrasser des mousses. Cependant, un gazon trop court et trop régulier pourra faire l’effet contraire en favorisant les mousses naturellement basses. Sachez que la tonte récurrente empêche le bon développement de la pelouse en défavorisant un enracinement profond de l’herbe.

Ainsi, lorsque vous passez la tondeuse à gazon, assurez-vous de remonter la hauteur de la coupe et attendez que le gazon atteigne les deux ou trois centimètres. Au printemps, nous conseillons de tondre la pelouse au moins une fois par semaine et en automne et en été, une fois tous les deux semaines.

Ce type de tonte vous évitera également la pousse des « herbes folles », comme les pissenlits. Si certaines zones sont trop clairsemées, il est conseillé d’y semer du gazon plutôt que d’y passer fréquemment la tondeuse.

  • Le regarnissage de la pelouse

Pour regarnir sa pelouse, utilisez un gazon de regarnissage. Les graines utilisées sont enrobées. Ainsi, elles n’attirent pas les volatiles et leur germination est plus rapide. Faites cette opération au début du printemps ou à l’automne pour ne pas avoir à faire en plus l’arrosage. Il se peut aussi que certaines zones de votre pelouse soient abîmées, ce qui va très vite laisser place aux mauvaises herbes et à la mousse.

Dans ce cas, il faut faire un nouveau semis, mais vous devez d’abord retirer la pelouse endommagée ou morte. Si ces dégâts ont été causés par un parasite et si vous avez déjà fait un traitement, attendez que celui-ci fasse son effet avant de planter un regarnissage. En alternative du nouveau semis, vous pouvez également faire une pose en rouleaux pour réparer les zones abîmées. Cette solution vous permettra d’avoir rapidement une pelouse esthétique.

  • Aérer le gazon

Aérer la pelouse est un bon moyen d’entretenir la pelouse. Cela consiste à réduire sa densité superficielle pour optimiser la circulation de l’air, notamment de l’oxygène et favorise l’absorption de l’eau et des éléments nutritifs. Cette aération va également régénérer l’activité des micro-organismes du sol et booster le développement racinaire du gazon. L’aération du gazon n’attire pas la mousse.

Pour cette opération, vous devez connaître le type de terre de votre pelouse. Si la terre est lourde et argileuse, l’aération doit se faire au moins une fois par an. Dans le cas d’une terre sablonneuse, elle peut se faire au moins une fois tous les deux ans, au printemps ou à l’automne.

Pour aérer son gazon, vous pouvez avoir recours à différents outils :Les patins aérateurs : ceux-ci sont à fixer sur les chaussures. L’aération du gazon avec les patins aérateurs n’est pas très efficace, car les trous qu’ils font ne sont pas assez profonds. Vous allez déployer beaucoup d’énergie avec cette méthode.

La fourche bêche : il suffit d’enfoncer la fourche à environ 15 cm dans le sol et d’élargir les trous. Retirez la fourche et ré-enfoncez à nouveau à 15 cm. Le travail d’aération avec cet outil est moins fastidieux.

Le carotteur aérateur : ce dernier est un type de fourche avec des dents creuses. Il va enlever les « carottes » de terre tout en aérant le sol. Vous n’êtes pas obligé de ramasser ces dernières : laissez-les se décomposer sur place.

La carotteuse mécanique : cet outil motorisé est recommandé si vous avez un grand jardin à travailler.

  • Scarifier la pelouse

Pour éviter l’apparition de la mousse et limiter sa propagation, il faut aussi s’occuper de sa scarification. Notez bien : scarifier n’est pas aérer le gazon. Ce sont deux opérations bien différentes qu’on a tendance à confondre. Scarifier la pelouse ou encore la défeutrer consiste à griffer le sol sur une profondeur entre 2 et 4 mm.

Cette opération va supprimer la couche de chaume entre le sol et le gazon, ainsi qu’une grande partie de la mousse. Elle va également déraciner les mauvaises herbes tout en favorisant le développement de la pelouse. La scarification du gazon s’effectue deux fois par ans, au printemps et à l’automne.

L’opération est réalisée avec un outil qu’on appelle le scarificateur. Il est doté de dents et n’agit que sur la partie superficielle du sol pour enlever le feutrage et la mousse. Il existe trois types de scarificateurs : le scarificateur manuel avec une manche, le scarificateur manuel avec des roues et le scarificateur électrique avec des couteaux.

Une fois le travail accompli, vous devez repasser à nouveau pour ratisser les déchets. Pour homogénéiser le résultat, on peut regarnir la pelouse. Si vous avez peu de mousse, limitez la fréquence de la scarification à une fois par an. Après avoir scarifié votre pelouse, évitez de la piétiner. Elle va paraître retournée au début mais retrouvera vite sa beauté.

  • Bien nourrir le sol

La pelouse apprécie un sol riche, au contraire de la mousse. C’est pour cette raison que vous devez bien nourrir votre terrain. Pour ce faire, vous pouvez avoir recours aux engrais chimiques. Ces derniers sont composés de trois éléments essentiels : l’azote, le phosphore et la potasse.

Quand vous achetez votre sac d’engrais, prenez le temps de lire sa composition, car l’azote, le phosphore et la potasse n’affichent pas la même teneur. D’autres éléments peuvent apparaître, comme le calcium et un désherbant, afin de vous débarrasser des mauvaises herbes.

On retrouve deux types de produits dans les engrais chimiques :

Les engrais à effet immédiat : ils peuvent être liquides ou en poudre. Avec ces produits, l’azote se libère rapidement. La pelouse va bien pousser et être plus verte.

Les engrais à libération lente : ils sont sous forme de granulés. Cela facilite l’utilisation et réduit le risque de brûlure du gazon. L’azote se libère plus lentement et la plante va se nourrir en fonction de ses besoins.

Cette fertilisation vous engage à respecter les doses précises, indiquées sur l’emballage de l’engrais. En effet, une sur-fertilisation peut être néfaste à la pelouse. La période idéale pour ce traitement est en mars ou en octobre, au minimum une fois par an.

Les engrais chimiques peuvent très bien être remplacés par une fertilisation écologique, en privilégiant les engrais sans phosphate. Vous pouvez également réaliser de l’herbicyclage. Ce dernier consiste à ne pas ramasser l’herbe tondue, car des résidus vont apporter des éléments nutritifs à la pelouse.

  • Ensoleiller les zones ombragées

A l’ombre, la pelouse ne trouve pas son développement optimal, ce qui laisse place à la mousse. Pour s’en débarrasser, il faudra ensoleiller ces zones. Pour ce faire, allégez les obstacles qui cachent le soleil en élaguant les arbres et les arbustes.

Pour cette opération, vous pouvez faire appel à des professionnels. Si vous souhaitez garder des espaces ombragés pour ne pas vous exposer au soleil quand vous êtes à l’extérieur, il existe sur le marché du gazon spécial pour terrain ombragé.

  • Travailler le pH du sol

La mousse apprécie le sol acide. Pour comprendre la présence de cette mousse sur votre gazon, vous pouvez faire analyser votre terre. Il est également possible de faire cette analyse soi-même avec un kit disponible dans les commerces.

Si vous avez un pH inférieur à 7, c’est que votre sol est trop acide. Pour éviter la propagation de la mousse, vous devez faire un traitement pour baisser le taux d’acidité du sol. La chaux va permettre de rééquilibrer et d’augmenter le pH de la terre. Pour son utilisation, référez-vous aux recommandations des fabricants des boutiques spécialisées.

  • Utiliser un produit anti-mousse

En jardinerie, les produits anti-mousses sont placés avec les engrais, car ils sont aussi appelés « engrais gazon anti-mousse ». Ces derniers sont à double à action : ils vont agir sur la mousse et favoriser la croissance du gazon.

Les multiples produits anti-mousse contiennent du sulfate de fer. Cela est très efficace et rapide pour tuer la mousse. Son action va sécher et noircir la mousse, une scarification sera alors nécessaire pour la faire disparaître.

Lors de la pulvérisation du produit, il faut protéger les dalles, les murs et les terrasses en pierre, car il peut laisser des taches inesthétiques. Le souci avec le sulfate de fer réside principalement dans le fait qu’il acidifie le sol, ce qui peut faire revenir la mousse.

Il existe sur le marché un large choix de produits anti-mousse qui ne contiennent pas de sulfate de fer, donc qui n’acidifient pas le sol.

Vous pouvez choisir entre :

L’engrais anti-mousse gazon liquide à diluer et à pulvériser : celui-ci est à utiliser entre septembre et novembre ou entre février et avril. En plus d’éliminer la mousse, il va aussi nourrir le gazon et favoriser sa densité.

L’engrais anti-mousse gazon en granulés NPK : le N signifie l’azote, le P est le phosphore et le K, le potassium. C’est un engrais qui prêt à l’emploi. Il détruit la mousse, en relançant la croissance de la pelouse et en l’homogénéisant.

L’anti-mousse gazon avec de l’oxyde de magnésium et du fer : ce produit supprime le système chlorophyllien de la mousse tout en préservant le gazon.

L’anti-mousse gazon naturel : La matière est faite d’extrait d’algues marines et convient à l’agriculture biologique.

Tous ces produit anti-mousse requièrent un gazon humide. Il vous faut également suivre les recommandations données par le fournisseur.

Quelques astuces écologiques pour se débarrasser de la mousse

Aérer, fertiliser, rééquilibrer le pH sur sol, ensoleiller les espaces ombragés… Tout ceci constitue un grand travail et demande bien sûr de la patience. Il y a pourtant des astuces écologiques qui peuvent vous aider à vous débarrasser de la mousse. Vous pouvez par exemple avoir recours au bicarbonate de soude. Mélangez une solution avec trois litres d’eau bouillante et une tasse à café de bicarbonate.

Puis laissez-la refroidir et vaporisez-la sur votre pelouse. Laissez la solution agir pendant deux heures avant l’arrosage. Les cendres de bois constituent aussi un excellent produit naturel anti-mousse. Appliquez des cendres venant de la cheminée, du poêle à bois, de la combustion des feuilles mortes ou des restes de taille.

Il vaut mieux cependant éviter de prendre des cendres venant de la combustion du bois traité, du plastique ou de papier glacé. Passez les cendres au tamis afin d’obtenir une poudre fine. Pour fabriquer un produit liquide, il vous suffit de diluer 100 grammes de cendres dans 10 litres d’eau. Vous pouvez l’utiliser pour arroser le gazon, mais sans en abuser.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
close-alt close collapse comment ellipsis expand gallery heart lock menu next pinned previous reply search share star