Scarabées dans une maison, que faire ?

On a tendance à dire « le » scarabée, mais nous devrions dire « les » scarabées. Il s’agit d’une très grande famille des Scarabéidés appartenant à l’ordre des coléoptères. On y compte plus de 30 000 espèces. Parmi les plus connus, on y trouve le hanneton, le boursier et la cétoine.

Ils vivent habituellement dans les jardins, mais on a récemment découvert des scarabées ophonus dans certaines communes comme Maquens, Villalbe, Montlegun, Cazilhac, Pennautier et Cavanac. Selon leur race, la taille du scarabée varie entre quelques millimètres jusqu’à trois centimètres.

La fiche d’identité du scarabée

Le scarabée possède des antennes dont les prolongements latéraux forment un éventail quand ils s’ouvrent. Elles se terminent par des massues contenant trois lobes orangées qui ont des fonctions sensitives. Certains scarabées ont des cornes qu’ils utilisent pour affronter les mâles et pour impressionner les femelles. Ses pattes ont la particularité de former de petites dents qui lui permettent de gratter le sol et de creuser des trous.

  • Sa carapace

Cet insecte possède des ailes, cachées sous les élytres qui lui permettent d’avoir une carapace coriace en guise de protection. Les ailes ne permettent pas à tous les scarabées de pouvoir voler. On distingue  une espèce d’une autre grâce aux élytres qui sont colorés et décorés. La plupart sont en noir ou en brun, mais il y existe aussi des scarabées à l’élytre bigarré et marqué de motifs brillants.

  • Son mode de vie

Dans cette grande famille des scarabées, on a des espèces frugivores et des espèces radicivores. D’autres se nourrissent d’excréments d’animaux et de matières en cours de décomposition. Le scarabée les façonne en forme de sphère qu’il va déposer dans des trous creusés dans la terre. Ces boulettes leurs permettent d’y pondre des oeufs. Ainsi, les larves sont directement nourries à l’éclosion.

  • Sa durée de vie

De son passage de l’état larve à l’état adulte, il peut s’écouler plusieurs mois. Sa durée de vie peut atteindre trois ans, s’il ne rencontre pas d’ennemis ou de  prédateurs. Les hérissons, les lézards, les fourmis et les petits oiseaux sont les principaux prédateurs du scarabée. De ce fait, il peut vivre seulement quelques mois.

Les scarabées, de bons ou de mauvais nuisibles ?

Lorsqu’on parle de « scarabées », vous pouvez penser à un petit insecte nuisible. Attention, toutes les espèces de cette famille sont différentes. Parmi eux, il y a des « gentils » et des « méchants » scarabées. On peut par exemple classer parmi les gentils scarabées, le scarabée boursier.

Aussi appelé aussi le scarabée copris lunaris, on le  reconnaît par sa corne sur la tête et ses élytres striés. En réalisant des billes de détritus, il aide les jardiniers et la  fertilisation de la terre, en contribuant à l’accélération de la décomposition du bois mort, des excréments des animaux et des moisissures.

Ne chassez pas non plus la larve cétoine dorée, car c’est un scarabée polinisateur. Quand elle est encore « larve », elle contribue au recyclage des matières organiques. Elle se nourrit des déchets végétaux, ce qui conduit vers la transformation de la terre en humus ou en compost.

Le scarabée ophonus peut aussi être catégorisé comme inoffensif car même s’il pénètre chez vous, il ne fait pas des ravages. Il va chercher des graines, notamment pour se nourrir de graines de blé. Toutefois, il apprécie plus les akènes du fraisier : c’est là que vous le trouverez.

Toutefois, si vous débusquez un hanneton, qui est appelé par les scientifiques le scarabée rhinocéros, dans votre jardin ou dans votre potager, vous pouvez le faire partir. En effet,  leurs larves, appelées aussi « vers blancs » sont racidivores, autrement dit, ils se nourrissent des racines du gazon et de certaines plantes comme les graminées.

Ils apprécient également les légumineuses comme la luzerne et le trèfle ainsi que certaines plantes du potager, telle que la carotte, la pomme de terre et le fraisier. Ils vont affaiblir les végétaux, voire les tuer. Par ailleurs, les hannetons européens et les scarabées japonais sont plus nuisibles à l’état adulte, car ils s’attaquent aux feuilles, aux fleurs et aux fruits de nombreuses plantes. 

Faire la distinction entre ces mauvais et ces bons scarabées

Dans cette grande famille des scarabées, ce sont les cétoines adultes et les hannetons qui peuvent venir vous déranger. Pour sen débarrasser, il faut supprimer les larves. Rappelons que la larve de cétoine est un bon scarabée et la larve de hanneton est un mauvais scarabée. Pour différencier ces deux espèces, vous pouvez vous pencher sur ces détails :

  • La couleur : la cétoine est plutôt blanc-gris et le hanneton est blanc-jaune,
  • Les pattes : la cétoine a des pattes plus courtes que larges. Les pattes du hanneton sont plus longues que la larges,
  • Labdomen : la terminaison de l’abdomen de la cétoine a un aspect enflé tandis que celui de l’hanneton est plus fin,
  • La tête : la cétoine a une tête assez petite et le hanneton a une grosse tête.

Pour confirmer la nuisibilité  dun hanneton ou dune autre espèce de scarabée, vous pouvez vous pencher sur lattaque de leurs larves. Une plante se fane ou jaunit quand elle est agressée à la racine. Vous pouvez creuser légèrement sous la surface de la plante, pour observer ou non la présence des larves. Un hanneton adulte va manger les feuilles exposées au soleil.

Cas du scarabée ophonus

Dans cette grande famille de scarabées, la plupart des espèces s’arrêtent aux jardins. D’autres s’introduisent dans les maisons et c’est le cas du scarabée ophonus. Ce petit insecte mesure entre deux et trois centimètres. Sa couleur marron, ses trois pattes et ses deux antennes, le fait ressembler à une blatte. Contrairement à cette dernière, il a en plus une paire d’ailes et des élytres striés. Sa tête est lisse et brillante.

Rassurez-vous : même si le scarabée ophonus va jusque dans votre intérieur, il est inoffensif. Toutefois, il peut se montrer revêche si vous tentez de l’attraper. Appréciant particulièrement les endroits frais et secs, il lui arrive de piquer ou de diffuser un liquide irritant. Une solution naturelle sur les rebords des fenêtres et des portes, suffit pour le faire fuir. Vous pouvez également en mettre un peu partout sur le sol pour le déloger.

Prévenir l’attaque des scarabées

Quelques mesures simples sont à appliquer avant que le scarabée ne vienne vous déranger. Vous pouvez par exemple planter dans votre jardin les lilas, les cornouillers et les houx que les scarabées n’apprécient pas. Vous pouvez également mettre des érables rouges, des résineux, des genévriers ou des caryers.

Si vous constatez des larves de hannetons, protégez vos arbres et vos arbustes de petite taille par des voiles protecteurs anti-insectes. Il y a même des plantes qui sont toxiques pour ces scarabées et agissent en quelques heures comme un poison.

C’est le cas des pélargoniums, des quatre-heures, des ricins et des delphiniums. On peut également adopter cette solution si votre surface de culture est restreinte et ne vous permet pas de planter des végétaux « anti-scarabées ».

Si votre gazon est attaqué par les larves de scarabées, ne vous inquiétez pas : il y a des solutions de prévention qui peuvent limiter le développement de cette population. Laissez pousser votre pelouse une dizaine de centimètres en juillet, sans trop l’arroser.

Cela fait fuir les scarabées femelles qui préfèrent pondre leurs œufs dans des gazons tondus courts. Les larves ne survivent pas dans les sols secs. Il ne sert à rien non plus d’éclairer le gazon le soir, car la lumière attire les insectes dont les scarabées. Pensez également à semer du trèfle sans le gazon. Cette technique réduit la ponte des œufs.

Lutter contre la présence des scarabées

Il est difficile d’éradiquer complètement ces mauvais scarabées, mais vous pouvez tout de même agir pour réduire sa population avant qu’ils ne tuent vos plantes.

  • La méthode mécanique

Si vous êtes à un début de stade d’attaque de scarabées, autrement dit, si vous ne voyez que des insectes adultes, vous pouvez les enlever à la main et les tuer dans un sceau rempli d’eau savonneuse. Pour ceux qui ne souhaitent pas les prélever manuellement, mettez un tissu au sol et secouez les branches des plants attaqués.

Lorsque les scarabées sont sur le tissu, vous pouvez les transférer par la suite dans la cuvette. Pour cette technique, évitez d’écraser les insectes, car cela libère des phéromones attirant d’autres insectes. Il est conseillé de faire cette opération tôt le matin, quand les scarabées sont encore engourdis. La journée, ils risquent de s’envoler et de revenir par la suite.

  • Le traitement biologique avec les larves vivantes de nématodes

Connaissez-vous les nématodes ? Ce sont de petits vers microscopiques qui détruisent les larves des scarabées. L’avantage de ces nématodes réside dans le fait qu’ils s’attaquent aussi aux larves de mouches et de fourmis. Les larves vivantes de nématodes comme les Heterorhabditis bacteriophora ou les Steinernema feltiae sont vendues en jardinerie et sur internet.

Pour son utilisation, il faut les incorporer à la terre du potager, entre la fin du moins d’août et le début du mois de septembre. Pour les nématodes puissent bien faire leur travail, vous devez vous assurer que le sol soit suffisamment humide. Rassurez-vous : ces larves sont inoffensives pour les plantes.

Si les nématodes sont bien efficaces, vous n’allez pas en trouver à chaque coin de rue. Dans ce cas, essayez de chercher du BTG ou du Bacillus Thuringiensis Galleriae. Ce dernier est une bactérie prédatrice des scarabées et des coléoptères. Il peut être commercialisé sous l’appellation Grub Gone et Brub B Gone.

Pour diminuer la voracité des scarabées, vous pouvez utiliser des insecticides bio à base d’huile de neem. Ces derniers peuvent être très efficaces, mais vont également avoir un impact sur la voracité des nématodes. Il ne faut donc pas conjuguer l’utilisation des larves avec celle des insecticides bio à base d’huile de neem.

  • Le traitement biologique avec le savon noir

Lutilisation dune solution de savon noir liquide diluée est une alternative non polluante, rapidement dégradable et est très efficace sur ces insectes. Pulvérisez les plantes de cette solution une à deux fois par semaine et augmentez la fréquence si la prolifération est plus importante.

Vous pouvez également utiliser une solution à base de pyrèthrine pour vos arbres fruitiers et vos plantes potagères. Cette solution insecticide naturelle est très appréciée par les jardiniers. Cependant, son utilisation ne convient pas aux fleurs et aux insectes butineurs. Si vous souhaitez l’utiliser, privilégiez une pulvérisation tôt le matin et n’en mettez que sur les scarabées, en l’absence d’abeilles.

Les méthodes chimiques pour se débarasser des scarabées

Même s’il existe de nombreux pesticides et insecticides, l’utilisation de la plupart d’entre eux est interdit en France. Parmi ces pesticides, les jardiniers canadiens utilisent le carbaryl sous forme de poudre, pour tuer les larves. L’acéphate est un pesticide organophosphoré. Il y a aussi les dérivés de perméthrine et les neonicotinoïdes.

Ceux-ci agissent contre les scarabées, mais aussi contre la plupart des insectes et certains animaux à sang froid. Il faut savoir que l’utilisation de ces insecticides provoque des dégâts sur l’environnement plus importants que les dégâts produits par les scarabées.

  • Un piège à scarabées

Pour venir à bout des envahisseurs, vous pouvez aussi fabriquer un piège à scarabées. Pour ce faire, vous aurez besoin de :

– Une grande bouteille d’au moins quatre litres de capacité,

– 65 ml de sucre,

– Un fruit mou comme une banane, 

– Un savon à vaisselle,

– De l’eau chaude,

– Un sachet de levure.

Commencez par remplir votre bouteille d’eau chaude à son tiers, y ajoutez la levure en, avant de mettre le sucre, puis le fruit mou écrasé préalablement et remuez bien. Placez cette bouteille dans votre potager, un peu plus loin des plantes que vous voulez protéger.

Les scarabées viendront eux-même se plonger dans cette solution fermentée pour s’y noyer et mourir. Il faut changer régulièrement les pièges faits maison ainsi que ceux vendus sur le marché, car ils se remplissent rapidement, amenuisant leur efficacité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
close-alt close collapse comment ellipsis expand gallery heart lock menu next pinned previous reply search share star