Comment planter un palmier ?

Pour embellir votre intérieur ou votre jardin, vous pouvez choisir un palmier. Le souci, c’est une plante pas comme les autres. Si vous avez la main verte, vous pouvez vous dire qu’il ne sera pas si compliqué de le cultiver, mais il faudra quelques précautions pour réussir sa reprise. Voici donc tout ce que vous devez savoir sur la plantation d’un palmier.

Les palmiers, une grande famille

Appartenant à la famille des Arécacées, les palmiers comptent environ 2 800 espèces différentes qu’on peut classifier en 200 genres. La majorité de ces espèces est originaire des zones tropicales et subtropicales de l’Asie du Sud Est, d’Afrique, d’Australie, des Amériques et d’Afrique.

Il n’y a que deux espèces qui poussent naturellement sur le pourtour méditerranéen. Il ne faut pas oublier que ce sont plantes purement tropicales, ce qui fait que certaines d’entre elles peuvent ne pas supporter le grand froid en Europe.

Les palmiers, peu importe son espèce, se reconnaissent facilement par leur feuillage persistant. Cependant, le format de ce feuillage peut varier d’une espèce à une autre. Certains palmiers ont un feuillage penné, autrement dit en forme de peigne avec un rachis et des folioles latérales fines et allongées.

D’autres ont un feuillage en forme d’éventail arrondi avec des coupures plus ou moins profondes. Vous pouvez aussi voir certains palmiers avec des épines sur le pétiole et la portion de la tige qui est entre la palme et le faux tronc. 

Les palmiers peuvent fleurir, mais ceci n’aura lieu que quand ils sont matures. Cette floraison ne se produira pas avant 20 ans. Chez certaines espèces, la maturité n’arrive qu’à 40 ans. Les fleurs des palmiers sont en grappes plus ou moins ramifiées et en fonction des espèces, leur couleur peut prendre une teinte crème ou jaune orangée.

Il est à noter aussi que les palmiers sont des plantes dioïques, ceci dit qu’un pied ne portera que des fleurs mâles ou femelles. Avec le coup de pouce du climat, les fleurs femelles pourront être pollinisées par les fleurs mâles et on peut espérer avoir un fruit. Selon les espèces, le fruit du palmier peut parfois être comestible.

Choisir un palmier à planter en fonction du climat

Rappelons qu’il existe un peu moins de 3 000 espèces de palmiers. Dans cette panoplie, il y en a pour toutes les tailles. Les plus petits font entre deux et trois mètres et les plus grands peuvent atteindre les 25 mètres. Là, si vous comptez mettre le palmier en bac en plante d’intérieur, il faudra éviter les grandes espèces comme le Washingtonia.

Si la taille est importante, le climat que le palmier supporte l’est encore plus. Il serait dommage que le palmier que vous avez planté meure quelques semaines après la mise en terre dans votre jardin, car il n’a pas supporté le froid. Sachez qu’il y a certaines espèces qui s’adaptent plus facilement au climat.

C’est le cas :

– Du palmier de Chine, appelé aussi palmier chanvre : c’est l’espèce la plus connue en France. Il est assez robuste, car il supporte très bien l’ombre, l’humidité en été, la neige et le froid en hiver. Cependant, si les températures descendent jusqu’à -14°C, ceci peut avoir un impact sur la plante.

– Du Rhapidophyllum hystrix et du Nannorrhops : ce sont des espèces très résistantes. L’ombre, l’humidité et la neige n’auront pas de grand effet sur lui. Ils peuvent même suppoter un grand froid allant jusqu’à -20°C.

– Du serenoa repens : c’est aussi une espèce de palmier très rustique. Il trouvera plus sa place en intérieur, car pour ce qui est de sa hauteur, il dépasse rarement les un mètre : c’est un palmier nain.

Si vous habitez en zone méditerranéenne ou sur le littoral atlantique, vous pouvez élargir les possibilités à cultiver vers d’autres espèces comme les Phoenix, le Butia, le Sabal, le Chamaeops et le Jubaea. Pour sa beauté, le coco du Chili ou le Jubaea chilensis est très appréciée et il convient à cette zone méditerranéenne. Cette espèce a des palmes en arêtes de poisson.

Si vous habitez dans une région où l’hiver peut être très rigoureux, vous pouvez quand même envisager de cultiver ces plantes. Cependant, vous devez mettre le palmier en pot pour pouvoir le déplacer dans une pièce chauffée pendant la saison hivernale.

Sachez que certaines espèces de palmier ne supportent pas non plus le vent. C’est le cas du palmier chanvre. Pour ce type de plante, il faudra donc choisir un emplacement protégé du vent.

L’environnement qui convient au palmier

Pour ce qui est du sol, le palmier se développera correctement dans un sol riche et bien irrigué. Il faut donc le mettre dans un sol profond et qui ne retient pas l’eau. Dans un sol lourd et mal drainé, il risque d’être plus sensible au froid. Certaines espèces de palmier seront à leur optimum dans le sable tandis que d’autres dans une litière des forêts. On peut donc très bien le mettre dans un pot ou dans la terre.

Pour ce qui est de son emplacement, cette plante ne supporte pas un emplacement trop exposé au soleil ou encore trop à l’ombre. Vous devez donc essayer de trouver l’équilibre pour placer le palmier. Si vous le mettez en terre, il trouvera très bien sa place au milieu d’autres végétaux et de grandes plantes vivaces qui pourront créer un microclimat favorable à son développement.

Planter le palmier en terre

C’est toujours beau d’avoir un palmier dans son jardin, car il apporte une note exotique.. Dans un espace extérieur, il pourra également bien se développer et il pourra mieux résister au gel. Il demandera également moins d’entretien. Voilà, quelques bonnes raisons de mettre en peine terre son palmier.

  • Quand planter son palmier en pleine terre ?

On peut comprendre que vous êtes pressé d’avoir cette nouvelle plante rappelant l’exotisme dans votre jardin. Toutefois, il faudra attendre le bon moment pour le mettre en terre et ceci dépendra en particulier de l’âge de la plante.

Si vous avez choisi un palmier qui est déjà assez grand, attendez la période entre Juin et Juillet pour le cultiver. En attendant cette période, protégez bien votre palmier du dessèchement. Si vous avez un jeune palmier, mettez-le en terre entre Mai et Juillet. A cette période, le sol est déjà assez chaud et votre palmier s’adaptera dans son nouvel environnement avant l’hiver.

  • La mise en pleine terre : pas à pas

A ce stade, vous avez déjà choisi son emplacement. Assurez-vous que ce dernier soit à l’abri des vents dominants.

– Commencez par faire le trou de plantation. Celui-ci doit faire au moins 50 cm de profondeur et 50 cm de large. Si vous avez un grand spécimen, il faudra faire un plus grand trou. Retirez les racines d’herbes indésirables dans le trou.

– S’il y a des caillots dans le trou, ne les enlevez pas, car ils vont assurer le bon drainage du sol. D’ailleurs, vous pourrez même améliorer ce drainage avec du gravier, des tessons de poterie ou de la pouzzolane. Si la terre est argileuse, vous pouvez envisager de planter le palmier sur une butte.

– Avec la terre que vous avez extraite du trou, préparez un mélange avec un tiers de bon terreau plantation enrichie de fumure organique. Avant de mettre en terre le palmier, vous devez bien l’arroser. Si vous avez le temps, trempez-le dans une grande bassine d’eau. Ceci va permettre une hydratation optimale de la motte de terre.

– Mettez dans le fond du trou le mélange de terre et de terreau. Enlevez le pot du palmier et desserrez légèrement ses racines enchevêtrées. Dans le trou de plantation, mettez également un peu de la motte de la plante.

– Vous pouvez maintenant mettre votre palmier en terre et recouvrir le trou avec le mélange de terre et de terreau. Arrosez le nouveau végétal de votre jardin et protégez son pied avec un paillage végétal ou minéral.

  • Bien prendre soin de son palmier

Le travail ne s’arrête pas là, car vous devez prendre soin de la plante pour qu’elle ne meure pas. A l’arrivée de l’hiver, vous devez le protéger, même si elle est très résistante. Pour ce faire, relevez les palmes des jeunes plants lorsque les températures commencent à baisser.

Il est aussi fortement recommandé d’ajouter un voile d’hivernage. Si vous le pouvez, créez-lui sur place un petit abri temporaire. Quand les beaux jours arrivent, vous devez continuer son entretien. Ceci passe par un arrosage copieux.

Planter le palmier dans un pot

Peu importe l’espèce de palmier que vous avez choisi, vous pouvez également envisager sa plantation en bac. Ceci permet une culture n’importe où en France et vous pourrez mieux protéger votre plante à l’arrivée de l’hiver en le mettant dans un local lumineux à l’abri du gel et du froid.

  • Quel pot pour le palmier ?

Pour cette plante, même s’il est encore petit, il faudra prendre un grand et profond pot. Ce n’est pas une très bonne idée de prendre un petit pot, puis envisager de le remplacer un peu plus tard. Pour ce qui est de la matière du pot, vous pouvez choisir entre un pot en plastique, un pot en terre cuite ou un pot en bois ou en résine.

Si vous prenez un pot en plastique, vous aurez un pot léger, ce qui facilitera aussi le déplacement de votre palmier. Il a également l’avantage de mieux retenir l’humidité, ce qui fait que vous n’aurez pas à arroser si souvent. Toutefois, il présente également quelques inconvénients comme le fait de chauffer le terreau. Ceci vous oblige donc à mettre votre palmier à l’ombre et de prendre un pot en plastique de couleur claire.

Vous pouvez également opter pour un bac en terre cuite pour votre palmier, car il a l’avantage de rafraîchir le substrat lors de l’évaporation. De par son poids, vous offrez une très bonne stabilité à la plante. Cependant, avec ce type de pot, vous devez programmer plusieurs arrosages, car la matière a tendance à assécher plus vite le terreau.

Si vous mettez votre palmier dans un pot en terre cuite, il sera également difficile d’envisager la mise en terre ou le changement de pot, car les racines peuvent se coller aux parois. Si vous avez un grand palmier, notamment un qui dépasse les 1,80 m de hauteur, il serait plus judicieux de choisir un bac en bois ou en résine.

  • Préparer la terre pour le palmier en pot

Le substrat pour le palmier va dépendre de son âge. Si vous avez un jeune plant, il faudra s’arranger pour créer un substrat riche en tourbe. C’est dans celui-ci qu’il pourra bien se développer. Pensez quand même à ajouter un matériau drainant à cette terre destinée au palmier en pot.

Pour le matériau drainant, vous pouvez prendre du sable qui a aussi l’avantage de fournir des silicates pour cette plante. Complétez ce mélange substrat et matériau drainant avec de l’argile. Il va fertiliser la terre et surtout apporter plus de stabilité à ce jeune plant qui va se retrouver dans un grand pot.

En tout le mélange sera donc constitué de 45% de substrat riche en tourbe, de 20% de matériau drainant et de 20% d’argile.

Si vous avez un palmier d’âge moyen, il faut revoir cette composition et augmenter la proportion d’argile. Vous pouvez donc avoir un tiers de tourbe, un tiers d’argile et un tiers de sable grossier. Si vous avez un grand palmier qui est déjà vendu avec un pot qui lui correspond, ne vous fatiguez pas à le mettre dans un autre pot.

Seulement, si vous trouvez que le bac ne lui correspond pas, vous pouvez le rempoter. Pour ce palmier, il faudra ajouter à la terre de l’engrais organique riche en azote. Même si vous voulez que la plante se développe bien, il faut éviter le surdosage en substrats en fertilisants.

  • La mise dans le pot

Même si vous n’êtes pas un grand jardinier, cette opération ne devrait pas être si compliquée. Commencez par sortir la motte entière. Essayez de séparer les racines et faites attention à ne pas les briser

 Si vous les brisez, la plante risque de ne pas reprendre. Ajoutez la terre que vous avez préparée dans le fond et sur les côtés du bac avant de placer le palmier. Retirer le collet qui vient avec la plante avant de le cultiver en pot, car ce collet pourrait entraîner le pourrissement de la plante.

Déposez-la délicatement et remplissez le pot avec le reste de la terre. Il faut que le pot soit rempli jusqu’au bord et n’oubliez pas d’arroser pour tasser la terre. N’exercez pas de pression avec les mains pour tasser la terre. Si besoin est, rajoutez encore de terre.

  • Le rempotage

Quand le palmier grandit et qu’il n’a plus assez d’espace pour se développer dans le bac, vous devez procéder au rempotage. C’est une opération difficile, car les racines peuvent se coller au pot ou encore se coincer dans les trous de drainage. Pourtant, vous devez le faire au moins une fois tous les trois ans. Evitez de faire ce rempotage lors de la période de croissance, notamment entre mars et avril.

Pour cette opération, il faut commencer par le dépotage. Il faut d’abord préparer le palmier. Pour ce faire, assurez-vous que sa motte soit bien humide pour faciliter le dépotage. Attachez également les palmes entre elles et coupez les palmes sèches.

Pour retirer la plante de son pot, donnez des coups sur le fond du bac tout en tirant la plante avec l’autre main. Si besoin est, notamment si vous avez un grand spécimen, faites-vous aider par une autre personne.

Si l’opération se complique, n’ayez pas peur de casser le pot. Faites bien attention à ne pas briser les racines. Profitez de ce moment pour couper les racines mortes. Si vous constatez également qu’une partie de la motte manque d’humidité, n’hésitez pas à la tremper dans un seau d’eau.

Pour le rempotage, préparez le nouveau pot et il serait également judicieux de remplacer la terre. N’oubliez pas de mettre dans le fond du pot une matière de drainage et du substrat. Placez le palmier et remplissez le pot d’une terre préparée. Pour tasser la terre, vous pouvez arroser ou secouer légèrement la motte. Même si vous voulez que votre palmier reprenne rapidement, attendez la fin de l’été pour une fertilisation.

L’entretien après la plantation

Une fois qu’il est en pot ou en terre, vous devez vous atteler à son entretien et ce, même si on dit que ce n’est pas une plante si exigeante. Si vous avez pris un jeune palmier, vous serez obligé de l’arroser régulièrement, notamment pendant la saison estivale. S’il est en pot aussi, il faudra multiplier les arrosages.

Vous pouvez apporter à votre palmier en pot un engrais liquide pour les arbustes. Pour le palmier en terre, il faudra également lui apporter du compost ou d’engrais organique pendant sa période de croissance. Faites-le au début du printemps ou de l’été.

Même si le palmier est une plante résistance aux maladies et aux parasites, avec l’âge, il peut être attaqué par le charançon rouge du palmier. Dans ce cas, vous pouvez envisager un traitement avec des nématodes. Au fil du temps, vous pouvez couper les feuilles sèches. Pour cette coupe, il faut utiliser un sécateur ébrancheur ou une scie élagueur. Coupez au plus près du stipe et coupez même si les palmes sont encore vertes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
close-alt close collapse comment ellipsis expand gallery heart lock menu next pinned previous reply search share star