Quels arbres sont résistants au froid et à la sécheresse ?

Quand on n’a pas la main verte, on n’est pas très motivé pour mettre plus de végétaux dans son jardin. Pourtant, ce sont ces végétaux qui sont les piliers du jardin. Ils vont apporter la note de verdure dans votre espace extérieur.

Sachez qu’il existe des plantes qui sont plus faciles à entretenir et qui ne demandent pas autant de précautions pendant l’hiver ou l’été. Dans ce dossier, nous allons vous présenter quelques arbres et arbustes résistants au froid et à la sécheresse.

Les arbres résistants au froid

Il y a certains végétaux qui ne supportent pas le froid et le gel. Les plus fragiles perdent même la vie avant l’arrivée du printemps. Pour éviter ceci, on est obligé de redoubler d’efforts dans leur entretien. Si vous ne voulez pas vous compliqué avec cet entretien, il suffit tout simplement de prendre des arbres qui ne craignent ni le froid, ni le gel.

  • L’aubépine blanche

De son appellation scientifique Crataegus Monogyna, l’aubépine blanche est un arbre au port érigé et arrondi. Il a une taille moyenne allant de 5 à 10 mètres de hauteur. Son feuillage prend place sur des branches courtes avec des épines de couleur pourpre foncé. Le tronc lui prend une couleur allant plus vers le gris ou le brun.

En Mai, ce qui va vous faire apprécier l’aubépine blanche est les petites fleurs blanches à étamines rose clair qui dégagent un délicieux parfum. Après cette période de floraison, entre Septembre et Octobre, les fleurs laissent place à de petites baies rondes et rouges que les oiseaux apprécient particulièrement.

L’aubépine blanche se développera très bien dans un sol bien drainé, même calcaire, à un emplacement au soleil ou à mi-ombre.

On peut dire que l’aubépine blanche est un arbre très résistant tant bien au climat qu’aux maladies. Il peut vivre jusqu’à 500 ans. Pour son entretien, il faudra tout simplement programmer une taille d’équilibre en Février.

  • Le Bouleau blanc d’Himalaya

Cet arbre, nommé par les scientiques « Betula utilis jacquemontii », ne vous surprendra pas seulement par sa résistance au froid. Il embellira votre jardin à toutes les saisons. Au printemps et en été, le bouleau blanc d’Himalaya dégagera une note d’élégance par ses feuilles vertes ovales finement dentelées.

Pendant la floraison printanière, il donne des fleurs en chatons brun jaune. En automne, ses feuilles prendront une couleur jaune d’or qui vont briller de mille feux avec le soleil couchant. Pendant la saison hivernale, la beauté de l’arbre résidera dans l’écorce qui va prendre une couleur blanche avec quelques bandes brunes, cuivrées ou rosées.

Revenons aux caractéristiques du bouleau blanc d’Himalaya. C’est un arbre de port élancé puis étalé. A l’âge adulte, il peut atteindre les 20 mètres de hauteur et son envergure peut aller jusqu’à 8 mètres. Vous avez compris qu’il faudra bien choisir un bon emplacement pour cet arbre. Il préférera un sol frais bien drainé peu riche et une exposition ensoleillée ou mi-ombragée.

Le bouleau blanc d’Himalaya est très rustique. Un froid descendant jusqu’à -20°C n’aura aucun effet sur lui. Pendant l’été, vous devez quand même prendre bien soin de cet arbre, car ses racines ne supportent pas vraiment la sécheresse.

  • Le Févier d’Amérique pourpre

Ce qui est impressionnant avec le Févier d’Amérique pourpre est son feuillage. Il est caduc luisant finement découpé. Ca ne s’arrête pas là, car il change de couleur.

Au printemps, les feuilles vont afficher une couleur rouge pourpré, ce qui explique son appellation. En allant vers l’été, ils vont virer aux tonalités vertes et chocolat. A l’arrivée de l’automne, ils seront d’un jaune profond. Peu importe la couleur de ses feuilles, l’arbre sera toujours élégant avec son tronc sombre sur lequel on a des branches sans épines.

Le Févier d’Amérique pourpre est un arbre majestueux. Sa ramure fait une ombre légère, ce qui n’est pas si dérangeant pour les autres plantes à proximité. Cet arbre a une croissance rapide et à l’âge adulte, il peut arriver jusqu’à 15 mètres de hauteur. Il donne peu de fleurs et par la suite des fruits en gousses aplaties dans lesquelles on a une pulpe comestible.

Pour ce qui est de son emplacement, même si son système racinaire est profond et pivotant, vous pouvez le mettre près de la terrasse. Le Févier d’Amérique pourpre a également besoin d’un endroit à l’abri du vent, mais au soleil.

Pour son développement, on doit le mettre dans un sol riche et humide. Cependant, cet arbre pourra très bien se développer dans un sol pauvre et sec. Il est très rustique et peut résister à des températures allant jusqu’à moins de 20°C.

  • Le Maackie de l’Amour

Son appellation peut déjà vous séduire : le Maackie de l’Amour ou le Maackia amurensis est un petit arbre élégant. Il a un feuillage caduc qui prend une couleur vert olive avec des tons argentés et des reflets métalliques.

Les jeunes pousses sont encore plus belles, car elles sont recouvertes de soie similaire à du givre. Entre Juin et Août, on aura des fleurs blanches à pois de couleur jaune pâle qui dégagent un léger parfum, ce qui attire particulièrement les butineurs. L’écorce a une couleur brune et brillante qui va s’embellir encore plus avec l’âge.

Si vous choisissez le Maackie de l’Amour pour votre jardin, il faudra être patient, car elle a une croissance plutôt lente. Une fois qu’il atteint l’âge adulte, il pourra atteindre les 10 mètres de hauteur. Au sommet du tronc, on peut trouver une couronne large et densément feuillée. Après la floraison, il faudra s’occuper de sa taille de formation pour enlever les branches basses.

Cet arbre n’est pas si compliqué à cultiver. Il pourra très bien résister au grand froid et même au gel. Sa rusticité va jusqu’à moins 20°C. Une fois qu’il a bien repris, il pourra également tolérer la sécheresse. Le Maackie de l’Amour apprécie un sol léger, frais, humifère et bien drainé et un emplacement exposé au soleil à l’abri des vents dominants.

  • Le charme commun « Rockampton Red »

Un nom bien compliqué pour un arbre pas si commun que ça, c’est le cas de ce charme commun « Rockhampton Red » appelé aussi « Carpinus betulus Rockhampton Red ». Cette variété est facile à cultiver et est bien robuste.

Pour sa rusticité, elle peut aller jusqu’à -20°C. Vous savez qu’il est résistant au froid et au gel, mais il ne pourra supporter les longues périodes de sécheresse. Cet arbre se développera dans tous types de sol, tant que celui-ci est bien drainé. Il n’aura aucun souci si vous le mettez en terre dans un sol calcaire. Il préférera un emplacement mi-ombragé ou au soleil, mais à l’abri des vents desséchants.

Le charme commun « Rockhampton Red » a un feuillage marcescent, autrement dit, même si les feuilles sont flétries, notamment pendant l’hiver, une bonne partie reste bien accrochée aux branches.

Ce feuillage gaufré et dentelé est vert en été et il vire vers à un ton orangé et rouge vif à partir de l’automne. Sa période de floraison est située entre l’automne et l’été. Cet arbre donne des fleurs en petits chatons. Après les fleurs, on pourra avoir des fruits en grappes pendantes de couleur verte puis jaune-brun. Comprenez que ces fruits ne sont que décoratives et ils sont même toxiques.

Ayant une croissance lente, le charme commun « Rockhampton Red » atteint les 20 mètres de hauteur et les 15 mètres de large quand il est adulte. Son bois peut très bien être utilisé pour le chauffage.

Certains l’utilisent aussi pour la fabrication de papier et d’outils. Sa durée de vie dépasse rarement les 100 ans, mais c’est quand même un arbre qui restera longtemps dans votre jardin.

Les arbres résistants à la sécheresse

Si vous vivez dans une région où l’hiver est rigoureux, les arbres ci-dessus pourront convenir à votre jardin. Quelques-uns d’entre eux pourront aussi s’adapter au climat où il fait particulièrement chaud l’été.

Cependant, pour ne pas avoir à trop vous occuper de l’arbre, notamment à l’arroser pendant la saison estivale, il serait judicieux de prendre un arbre résistant à la sécheresse. Voici donc quelques plantes qui résisteront parfaitement à la canicule de votre région.

  • Le Cyprès de Florence

Pour orner votre jardin, vous pouvez prendre du cyprès. Dans cette grande famille, le Cyprès de Florence ou le Cupressus sempervirens Pyaramidalis est particulièrement résistant à la sécheresse. Ce grand conifère persistant a un feuillage vert sombre qui est similaire à celui du cyprès sauvage de la Toscane. De par ses rameaux érigés, il a un port en colonne étroite et haute.

Même si vous choisissez un jeune Cyprès de Florence, vous pouvez espérer avoir un grand conifère d’ici quelques années, car il a une croissance rapide. Il pourra vivre très longtemps, jusqu’à 500 ans, et à l’âge adulte, il ne fera pas plus de 14 mètres de haut et son envergure ira de 1 à 1,20 mètres. De par cette hauteur, il est plus réservé aux grands espaces extérieurs. Avec plusieurs pieds de cyprès de Florence, vous pourrez créer une ambiance méditerranéenne dans votre jardin. Ils pourront ponctuer l’entrée ou structurer un grand espace. 

Ce n’est pas un arbre compliqué, car il n’est non seulement résistant à la sécheresse, mais il est aussi assez rustique : sa rusticité va jusqu’à -15°C. Le Cyprès de Florence pourra très bien pousser dans un sol drainé même pauvre.

Il n’aura pas non plus de soucis si vous le mettez à un emplacement qui reçoit beaucoup de vents. Pour son entretien, vous devez faire attention aux tailles et aux blessures repérées pour ne pas l’exposer au chancre cortical. Vous devez également programmer un bassinage du feuillage pour vous débarrasser des parasites qui viennent s’y loger.

  • Le Juniperus – Genévrier

Les genévriers constituent une classe de conifères arbustifs prostrés, rampant, érigés ou étalés. Il a un feuillage persistant et la couleur et la texture de ce dernier sont variables en fonction de l’espèce.

Ses feuilles peuvent être d’une couleur verte bleutée ou verte dorée. Dans tous les cas, ils dégageront une douce odeur et ils comporteront des aiguilles ou des écailles. Le Juniperus a aussi des petits fruits charnus qu’on peut cueillir pour aromatiser le pâté ou la choucroute par exemple.

Pour embellir encore plus votre jardin, vous pouvez tailler votre genévrier en nuage ou en niwaki. Vous n’aurez pas à y passer toutes les semaines, car cet arbre a une croissance lente. Son système racinaire est assez superficiel, ce qui explique sa fragilité face aux vents dominants.

Si vous plantez un Juniperus dans votre jardin, vous aurez un arbre qui durera plusieurs dizaines d’années, car il est très robuste. Il supporte très bien la sécheresse pendant la saison estivale. Le froid n’aura pas non plus de grand effet sur lui.

Cet arbre appréciera d’être mis en terre dans un sol bien drainé. Vous devez bien choisir son emplacement, car même s’il est robuste, il ne supportera pas d’être déplacé. Il faut également éviter un emplacement à proximité d’arbustes à enracinement superficiel pour qu’il n’absorbe pas toute l’eau et les minéraux.

  • L’arbousier

Pour ce qui est de sa robustesse, il n’y a pas grand-chose à dire sur l’arbousier. Il poussera très bien une fois qu’il se sera approprié de son nouvel environnement dans lequel on l’a installé. Pour sa rusticité, elle va jusqu’à -15°C et il supporte très bien la sécheresse estivale.

Il préférera un sol drainé et acide. Pour un développement optimal, il faudra choisir pour l’arbousier un emplacement exposé au soleil ou à la mi-ombre, mais toujours protégé des vents froids.  

D’habitude, on met l’arbousier ou l’arbutus unedo dans les haies, mais il fera également un beau sujet si vous le placez à un endroit stratégique du jardin. Ce petit arbre se fera remarquer en automne par ses fleurs en clochettes blanches à rosées.

Ces dernières donneront par la suite des fruits qui quand ils sont mûrs, vont prendre une forme ronde et une couleur rouge. Ces fruits sont d’ailleurs similaires des fraises et ils sont bien comestibles. Son feuillage est vert sombre et luisant. Son écorce est brune et cette couleur s’exfolie en lanières fines et longues avec l’âge.

Le saviez-vous ? L’arbustus unedo est aussi une plante médicinale qu’on recommande contre l’hypertension. Après sa mise en terre, l’arbousier demande une taille de formation. Sur les premières années, il faut quand même le protéger du gel avec un voile d’hivernage et un paillis.

  • Le chêne vert

Cet arbre se distingue par son côté majestueux, ce qui fait qu’il convient parfaitement aux grands espaces. Le chêne vert est moyennement rustique. Sa rusticité ne va pas au-delà de -7°C, mais il affiche une meilleure résistance à la sécheresse et même au feu. A l’âge adulte, il peut atteindre les 20 mètres de hauteur et son étalement peut aller jusqu’à 15 mètres.

« Chêne » est l’appellation donnée à cette collection de près de 600 espèces appartenant au genre Quercus. Ces espèces ne sont pas si différentes les unes des autres. Pour le chêne vert en particulier, il a un feuillage persistant avec une couleur vert foncé lustré avec une note de gris argenté.

Cet arbre donne des fleurs en chatons jaunes mâles et de petites fleurs femelles. Une fois fécondées, ces fleurs femelles laisseront place à des glands.

Le chêne vert s’adaptera parfaitement aux sols pauvres et calcaires, mais il faudra bien assurer son drainage. Il n’aura aucun souci si vous le mettez à un emplacement exposé au soleil. Il pourra aussi se faire au climat océanique.

Même s’il est assez résistant, il faudra quand même l’arroser régulièrement en été, notamment pendant les deux premières années de mise en terre.

  • Le pistachier

Il s’agit bien de cet arbre qui donne la pistache. Vous pouvez le cultiver dans votre jardin, car son feuillage caduc ou persistant est quand même décoratif. Si vous l’avez choisi pour embellir votre jardin, privilégiez l’espèce Pistacia lentiscus ayant un feuillage persistant. Peu importe l’espèce que vous avez choisie, il donnera les fameux fruits secs en automne. Pour ce qui est sa hauteur, il peut aller entre 6 et 15 mètres de haut.

Le pistachier est aussi un arbre qui n’a pas peur de la sécheresse. C’est pour cette raison qu’on les trouve plus dans le sud de la France. Il aime particulièrement les expositions chaudes. Comprenez tout de même que vous vous passez de son arrosage, il va produire moins de pistaches.

S’il ne craint pas la chaleur, le froid est un de ses pires ennemis, notamment quand il est jeune. Les plus résistants affichent tout de même une rusticité de -15°C. Cependant, leurs fleurs ne supportent pas les gelées printanières. Cet arbre préférera également se trouver dans un sol sec, mais il supporte aussi les sols légèrement calcaires. Une fois qu’il s’est adapté à son environnement, il ne demandera pas autant d’entretien.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
close-alt close collapse comment ellipsis expand gallery heart lock menu next pinned previous reply search share star