Comment abattre un arbre ?

Pour une raison ou une autre, un arbre doit être abattu. Mais contrairement aux petits troncs des arbustes, abattre un arbre est une autre histoire. Lourd et imposant, un arbre peut causer des dégâts conséquents lors de son abattage si on n’utilise pas les bonnes techniques. Celles-ci permettent de créer un environnement de travail sûr tout en travaillant en toute efficacité.

Les raisons qui poussent à l’abattage

Nombreuses sont les raisons qui nous poussent à abattre un arbre. La première et souvent la plus commune c’est par souci de sécurité. Un arbre, à un certain âge, malade ou encore mort, peut devenir une menace pour les passants.

N’étant plus capable de se tenir debout, l’arbre se penche dangereusement et risque de tomber à n’importe quel moment. Avec le mauvais temps, le risque est d’autant plus menaçant. Il faut surtout être sur ses gardes si l’arbre se trouve à proximité d’une propriété ou d’une rue très empruntée.

La deuxième raison c’est par souci de préservation. Il arrive que dans certains endroits, les arbres ne disposent pas de la place nécessaire. Il est fort possible que l’un des arbres empêche les autres de croitre librement, ils sont également privés de lumière. L’arbre dominant vole également les nutriments de la terre d’où la nécessité de l’abattre.

La troisième raison, très commune également, c’est pour éviter que les maladies se répandent. Un arbre malade peut contaminer le reste de la plantation. D’autant plus qu’étant en mauvaise santé, l’arbre peut tomber à n’importe quel moment.

La santé de l’arbre

Il y a de nombreuses raisons qui nous poussent à abattre un arbre. Mais avant de passer à l’acte, il faut toujours vérifier la santé d’un arbre. Ce point est important lors de l’abattage.

  • Le cas d’un arbre mort ou en train de mourir

Avant de passer au grand découpage de l’année, vérifiez si votre arbre est mort ou en train de mourir. Les signes les plus évidents sont des branches mortes ou qui perdent de leur fraicheur. Une technique efficace aussi c’est que les arbres morts sonnent souvent très creux. Pour être fixé, prenez une branche et cassez-la avec vos mains. Si la branche se casse avec fracas alors l’arbre est mort ou en train de mourir.

  • Le cas d’un arbre sain

Un arbre sain possèdera des bourgeons et des feuilles vertes en bonne santé. Même sans être un expert en la matière, on peut toujours reconnaitre d’un premier coup d’œil un arbre en bonne santé. Il faut toutefois faire attention aux saisons.

En automne par exemple, un arbre peut sembler être mort alors qu’il est en période d’endormissement. On peut toujours procéder avec des tests pour vérifier sa santé.

  • Le cas d’un arbre malade

Il faut toujours prendre des précautions pour l’abattage d’un arbre malade.

Pour en reconnaître un, prenez en compte les détails suivants :

– Il perd ses feuilles avant l’automne,

– Des présences de champignons

– Des feuilles avec des taches particulières

– Les branches et le tronc sont pris d’assaut par des lichens

– Les fruits tombent prématurément, parfois ils présentent des imperfections frappantes qui les empêchent d’être comestibles. Parfois, les fruits se déforment et présentent des taches brunes.

– S’il s’agit d’un arbre fruitier, les maladies suivantes sont à craindre : chancre, mildiou, criblure, cloque, moniliose, feu bactérien, tavelure, oidium, entomosporiose.

Notez qu’un arbre malade possède des fibres moins résistantes. Dans ce cas, l’abattage se fera plus facilement. Il arrive parfois que l’arbre cède avant même que vous arriviez à la moitié du travail.

Utilisation d’une tronçonneuse

Pour l’abattage d’un arbre imposant et pour un travail rapide, on utilise souvent une tronçonneuse. L’utilisation de cet outil est dangereuse. Une raison pour laquelle il faut toujours être prévoyant. Avant de passer par l’abattage, vérifiez la zone de travail : ligne routière, maison, lignes aériennes.

L’utilisation d’une tronçonneuse demande à ce que la personne soit en mesure de bien manier l’outil. Un mouvement mal placé et les dégâts peuvent être irréversibles. Si la zone de travail est situé près d’une route, déployez des panneaux d’avertissement afin d’éviter d’éventuels accidents.

Le choix de la tronçonneuse varie en fonction de l’arbre et du résultat recherché. Utilisez une tronçonneuse professionnelle pour des travaux intenses. C’est le cas avec les gros volumes de bois. Souvent ces tronçonneuses sont assez légères avec une puissance élevée pour faciliter le travail.

Si vous n’êtes pas un professionnel et que le bois est moyen, utilisez une tronçonneuse polyvalente. Utilisez en une thermique avec une puissance minimum de 40 cm3.  Dans tous les cas vous pouvez toujours vous informer auprès d’un vendeur agréé.

Abattre à la hache

Si les tronçonneuses sont d’excellents outils pour abattre un arbre, vous pouvez aussi procéder à l’abattage avec une hache. Dans ce cas, la technique à appliquer est un peu différente. En premier lieu, il faudra dégager le tronc de toutes les branches qui peuvent gêner le travail.

C’est seulement par la suite que l’on peut pratiquer une entaille en forme de coin dans la partie la plus basse possible de l’arbre. Après, entaillez jusqu’à ce qu’elle atteigne le cœur de l’arbre. Pratiquez ensuite une entaille sur la face opposée, un peu en dessus de la première. Une fois que l’arbre commence à vaciller, prenez vos distances le plus rapidement possible pour éviter d’être blessé par la chute.

Estimation de la hauteur de l’arbre

Avant de s’affairer à la tâche, il faut connaitre la hauteur de l’arbre. Cette hauteur permet de calculer non seulement la chute mais aussi la zone à dégager. Une technique vieille comme le monde mais qui marche toujours est celle du bâton.

Prenez un bâton de longueur moyenne et tenez-le devant vous. Faites en sorte à ce que la distance entre vos yeux et le bâton soit égale à la longueur du bâton. Tenez ensuite le bâton à la verticale pour former un triangle rectangle entre votre main, votre œil et le haut du bâton.

Maintenant, partez en direction de l’arbre et arrêtez-vous quand le l’arbre soit aussi grand que la longueur du bâton. La distance obtenue entre vous et l’arbre sera alors la hauteur de l’arbre. Vous n’obtiendrez pas à coup sûr un résultat précis mais l’estimation peut vous aider lors de l’abattage.

L’ébranchage

L’ébranchage permet d’éliminer certains éléments de l’arbre risquant de gêner l’abattage. L’ébranchage peut s’effectuer soit en hauteur soit au sol. En hauteur, étant donné les risques élevés, il faut que le travail soit effectué par un professionnel bien équipé.

La personne devra ainsi être équipée d’un kit d’élagage complet pour les travaux en hauteur. Pour ce qui est de l’ébranchage au sol, on peut utiliser une tronçonneuse, une scie ou une élagueuse sur perche, celle-ci est surtout utilisée pour des branches situées en hauteur.

Même si vous envisagez un abattage rapide, certaines saisons sont plus propices que d’autres. Pour un élagage sans encombre, il est préférable de le faire pendant l’automne. A cette période de l’année, les feuilles commencent à tomber. Évitez le printemps si possible car à cette période, il faudra s’attendre à une montée de la sève. Celle-ci peut vous déranger surtout si elle est très collante.

Le débroussaillage

Avant de passer à un abattage, il faut un environnement propice à cette activité. De ce fait, effectuez un débroussaillage autour de la zone concernée. Le but étant d’avoir un point de chute propre.

Si les environs sont occupés par une forte végétation, procéder au débroussaillage limite au maximum les risques d’incendie. Il faudra toutefois laisser les rémanents pour permettre la régénération du sol et de sa végétation. Par la même occasion, vous vous débarrasserez aussi des branches et feuilles éliminées durant l’ébranchage.

La direction de la chute

Les connaisseurs et les personnes expérimentées dans le domaine savent qu’un arbre suit une direction de chute différente en fonction de la façon dont on procède à l’abattage. En effectuant un examen alternatif de l’arbre, nous pouvons connaitre à l’avance la direction de la chute. Celle-ci dépend aussi d’autres facteurs : la direction du vent, la grosseur des branches, leurs longueurs et leurs apparences.

Notez que si les branches sont plus nombreuses d’un côté de l’arbre, il est plus judicieux que la direction de la chute soit de ce côté. Dans le cas où vous n’êtes pas encore sûr de la chute naturelle de l’arbre, utilisez un fil à plomb. A l’aide de cet outil, vous pouvez vérifier l’encart des faits afin d’obtenir plus de détails.

Une fois la direction déterminée, on peut par la suite procéder à l’égobelage. Cette technique consiste à réaliser une entaille à la base pour déterminer la direction de la chute. Vous êtes maintenant fixé sur sa direction, la pratique consiste maintenant à effectuer l’égobelage. Durant cette pratique, l’angle entre le plancher de l’entaille et le plafond doit être de 45°. L’entaille doit représenter 1/3 du diamètre de l’arbre.

L’abattage de l’arbre

Une fois l’entaille effectuée, l’arbre devra tomber dans la direction souhaitée. Malgré une entaille profonde, si l’arbre ne tombe pas, vous pouvez utiliser un filin. Cet outil est à placer autour du branchage avec un tire-fort.

Tirez ensuite sur celui-ci pour que l’arbre tombe. Cette étape étant très dangereuse, il faut veiller à ce que la zone soit complètement dégagée. N’effectuez jamais l’abattage en période de mauvais temps sauf s’il s’agit d’une urgence. Et dans ce genre de cas, il faut que le travail soit entièrement effectué par des professionnels.

Le débitage

L’abattage est souvent suivi d’un débitage. C’est une technique qui consiste à réduire l’arbre en rondins. Le débitage peut se faire directement sur terrain. Dans le cas où c’est impossible, on peut faire le débitage sur une zone prévue à cet effet.

Si le débitage n’est pas obligatoire, il est souvent très conseillé pour facilement transporter l’arbre. Dans le cas contraire, le bois est utilisé dans sa forme originelle. Lors du débitage, le travailleur sera obligé d’utiliser une scie, une tronçonneuse, des crochets de levage et des pinces.

L’extraction de la souche

Maintenant que votre arbre a été abattu, l’abattage n’est pas complètement terminé. En effet, si on s’est débarrassé du tronc, il reste encore la racine mais aussi la souche. Ces parties sont présentes sous terre et demandent des efforts considérables en fonction de l’arbre.

Le dessouchage est une étape obligatoire pour aplanir le terrain afin de le rendre praticable pour les piétons. Si on laisse sous terre les souches et les racines, elles peuvent aussi pourrir. Et ce type d’environnement demeure un foyer idéal des champignons infectieux. Au fil du temps, ils peuvent infecter les autres plantes aux alentours.

Pour dessoucher un arbre, on doit procéder de la manière suivante :

– Dégagez la terre se trouvant autour de la souche. Utilisez une pelle ou une pioche. S’il y des pierres, les extraire une à une. C’est seulement après que vous pourrez dégager la couche de terre autour de la racine.

– Utilisez une scie pour scier la racine. Si elle est très épaisse, il est préférable d’utiliser une tronçonneuse.

– Creusez profondément autour de la souche jusqu’à ce que vous soyez capable de l’extraire entièrement.

– Rebouchez ensuite le trou pour aplanir le terrain.

Ce qu’il faut savoir pour un abattage

Un excellent outillage est conseillé voire obligatoire pour un abattage sans danger. En effet, l’abattage présente des risques importants pour l’intervenant. Afin d’éviter d’éventuels incidents, s’équiper au maximum est fortement recommandé.

  • La planification

Un outil souvent minimisé est la planification du travail. Parfois relayé au second plan, c’est pourtant la planification qui gère le déroulement de l’abattage. À travers cette étape, on évalue les dangers en les classant, on détermine l’inclinaison de l’arbre, l’épaisseur, le plan d’abattage et une analyse de la zone de travail.

  • Les équipements

En ce qui concerne l’équipement concernant l’abattage en question, la personne doit posséder une ceinture porte outils contenant des matériels indispensables lors de l’abattage. Cette ceinture est aussi très pratique quand la personne se trouve en hauteur. Étant donné l’exposition aux dangers, il est préférable d’avoir toujours avec soi une trousse de secours.

Si vous envisagez un abattage avec une machine, munissez-vous d’une tronçonneuse motorisée avec un guide et une chaine. Le choix varie en fonction de la taille de l’arbre pour une utilisation faible, moyenne ou à forte intensité.

Dans la liste des équipements professionnels, on retrouve aussi le levier d’abattage. Il est indispensable pour faciliter la chute de l’arbre. Il sera accompagné d’un coin d’abattage, de pinces et de crochets d’abattage.

  • EPI ou Equipements de Protection Individuelle

Le port d’EPI est obligatoire lors d’un abattage. Ils doivent respecter les normes européennes pour une protection maximale. La tenue est ainsi très règlementée. Ils restent cependant variables selon l’outil utilisé :

– Dans tous les cas, si la personne travaille en zone forestière, il faut qu’elle porte une casque de protection, des bottes adaptées au terrain et sécurisantes, des vêtements de protection de couleurs vives pour que la personne soit bien visible par les autres opérateurs.

– Dans le cas où la personne utilise des scies à chaine, elle doit ajouter à la protection des gants tronçonneuse, des lunettes de protection, des protecteurs contre les bruits pour les oreilles, des jambières anti-coupures, des bottes spéciales anti-coupures spécialement conçues pour protéger les jambes lors d’un dérapage.  Auprès de certains fournisseurs, le casque, les lunettes et les protections auditives sont combinés en un seul EPI.

– Des EPI selon la vitesse de la chaine. Le choix de vos vêtements de protection s’effectuera en fonction de la vitesse de la chaine de votre tronçonneuse. Plus la vitesse est importante, plus les vêtements seront résistants.

Les dangers possibles

Même avec des protections complètes, nous ne sommes jamais à l’abri de dangers lors d’un abattage.

Tenez ainsi compte des points suivants avant de commencer l’abattage d’un arbre :

– Un arbre malade est susceptible d’avoir un point de chute naturel. En effet, en étant malade,l’arbre sera moins résistant. Il faudra ainsi ne jamais minimiser ce détail au risque de voir l’arbre s’abattre directement sur votre tête.

– N’oubliez jamais qu’un arbre est plus dangereux après l’intervention s’il est mutilé ou présentant une taille anarchique au niveau du tronc

Si vous êtes novice en la matière, pas assez fort et n’étant pas équipé d’EPI de qualité, n’utilisez pas la tronçonneuse. Sans équipement ni expérience, l’utilisation de cet outil peut rapidement virer au cauchemar. Une mauvaise manipulation et vous serez blessé par cet outil en quelques secondes seulement. Sachez qu’une blessure par tronçonneuse peut causer la mort en quelques minutes seulement selon la localisation de la plaie et de sa profondeur.

– S’il est possible, n’abattez jamais un arbre lors de mauvais temps. S’il s’agit d’une urgence, il est préférable que le travail soit effectué par un professionnel. Un temps venteux, nuageux, la pluie qui tombe ou encore le froid peuvent être des facteurs dangereux pendant l’abattage d’un arbre.

– Si vous êtes amenés à abattre un arbre plus ou moins petit, il est toujours obligatoire de se protéger.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
close-alt close collapse comment ellipsis expand gallery heart lock menu next pinned previous reply search share star